La présentation à l’Assemblée Nationale aujourd’hui des amendements à l’Employment Rights Act et l’Employment Relations Act, pilotés par le ministre du Travail et des Relations industrielles, Shakeel Mohamed, laisse entrevoir un après-midi des plus agités. En effet, ces débats parlementaires se dérouleront dans une atmosphère particulière avec la manifestation confirmée des syndicalistes, menés par le duo Reaz Chuttoo et Jane Ragoo, devant le parlement au même moment. Dans le même objectif de faire bloc à l’adoption de ces amendements, dont les textes ont été publiés à l’officiel hier en fin d’après-midi, le tandem GWF/JNP tente depuis ce matin d’obtenir une urgent meeting avec le Premier ministre Navin Ramgoolam pour repousser toute présentation au sein de l’hémicycle.
De son côté, avant le coup d’envoi de la reprise parlementaire ce matin, le ministre Shakeel Mohamed a affiché toute sa sérénité et sa détermination dans une déclaration au Mauricien, alors que dans quelques heures ses amendements, plus que jamais contestés par la classe syndicale et l’opposition parlementaire, seront présentés à l’Assemblée nationale. « Je suis très enthousiaste de présenter mes textes d’amendements à la loi du travail cet après-midi. La position du patronat et celle des syndicats sont diamétralement opposées, ils sont irréconciliables. Donc, il est impossible de voir dans une one direction… De son côté l’Opposition a été approchée pour soumettre ses propositions dans le cadre de ces amendements, mais jusqu’à l’heure aucun dossier n’a atterri sur ma table », a souligné le ministre du Travail et des Relations Industrielles avant de faire comprendre que, dans la conjoncture, de nouvelles consultations n’aboutiront à rien.
Toutefois, les amendements proposés par Shakeel Mohamed ont été une nouvelle fois pris pour cible dans une lettre signée par la General Workers Federation/Joint Negotiating Panel et adressée au premier ministre Navin Ramgoolam ce matin. « We believe that a gross historical injustice and prejudice will be caused to the working people of the country if the amendments are voted in its present form. Given that the amendments were circulated only yesterday’s afternoon ; the serious issues raised in the attached document and the Cabinet was not presented a final official version of the latest amendments », devaient écrire les signataires Ashok Subron, Devanand Ramjuttun et Serge Jauffret, entre autres.
Après une lecture approfondie des textes des amendements dans la soirée d’hier, les syndicalistes devaient faire part à Navin Ramgoolam dans la correspondance que « while we do view some positive changes within the Employment Rights Act, we believe that these positive changes cannot be subjected to the condition of undermining workers right to strike within the law. This is contrary to social progress and amounts to blackmailing. » Ainsi, à quelques heures de la présentation des amendements à l’Employment Rights Act et l’Employment Relations Act, les syndicalistes de la GWF/JNP devaient réclamer au Premier ministre une urgent meeting dans une ultime tentative de convaincre Navin Ramgoolam d’abandonner toute présentation des amendements à l’assemblée nationale cet après-midi.
Dans la conjoncture, le tandem GWF/JNP fait une demande formelle au Premier ministre pour que le vote de l’Assemblée nationale intervienne après les célébrations dans le cadre de fête du Travail, le 1er mai, en vue de permettre aux parties concernées de saisir toutes les implications de ce projet de loi. Dans la même perspective, le tandem GWF/JNP souhaite que le gouvernement invite deux experts du Bureau International du Travail à Maurice pour des consultations approfondies sur le principal contentieux, soit le droit de grève, avant de soumettre des recommandations.
Alors qu’il faudra s’attendre à un après-midi sous tension aujourd’hui avec la manifestation de la Platform Kont Lalwa Travay Anti-Travayer devant le parlement à partir de 16 heures, les hostilités contre le ministre Mohamed et ses amendements se sont poursuivies de plus bel ce matin lors d’un point de presse des animateurs de la GWF/JNP. « Shakeel Mohamed mène les parlementaires et le peuple en bateau pour imposer l’agenda de la Mauritius Sugar Producers Association et de la Mauritius Employers Association. Aujourd’hui cela restera dans les annales comme étant un jour des plus sombres dans la lutte en faveur des travailleurs mauriciens si Navin Ramgoolam et les parlementaires votent ce que Shakeel Mohamed propose dans ses amendements », a déclaré Ashok Subron, tout en faisant à nouveau appel au PM pour ramener les parlementaires de la majorité à la raison.
L’animateur de la GWF/JNP devait amener ce conflit sur l’échiquier politique en soutenant que l’adoption d’un tel projet de loi portera préjudice aux Rouges. « Le Parti travailliste se retrouvera avec de lourdes conséquences politiques. Travayer pou vir kont gouvernman Ptr si cette loi entre en vigueur. Ce sera le déclin assuré ! », a conclu Ashok Subron, tout en lançant un appel aux travailleurs de rester mobilisés dans les prochaines heures pour suivre le mot d’ordre des responsables syndicaux.