La porte-parole de la Platform kont lalwa travay antitravayer Jane Ragoo s’est félicitée que le ministre Shakeel Mohamed ait promis d’être « constamment en communication » avec les syndicats sur la question des amendements aux nouvelles lois du travail. Elle préconise toutefois une « constante vigilance » de la part des syndicats.
« Le ministre Mohamed nous a promis qu’il nous tiendra constamment informés des amendements à l’Employment Rights Act (ERiA) et à l’Employment Relations Act (EReA) qu’il présentera au Conseil des ministres. Il nous a dit qu’il sera constamment en communication avec la Platform kont lalwa travay antitravayer. Nous ne pouvons que nous en réjouir, mais la Platform restera très vigilante quant aux amendements à ces deux lois du travail que le gouvernement présentera à la rentrée parlementaire le 26 mars. En attendant, notre mot d’ordre pour une manifestation pacifique le 23 mars tient toujours », a déclaré au Mauricien la porte-parole de la Platform, Jane Ragoo, à l’issue de la rencontre mardi avec Shakeel Mohamed.
Les dires de Jane Ragoo ont d’ailleurs été confirmés par le ministre lui-même dans une déclaration au Mauricien. « Je ne peux qu’avoir du respect, en tant que ministre du Travail, pour ceux, comme les représentants de la Platform qui ont pris la peine de m’expliquer leurs points de vue. Je me suis rendu compte qu’ils ont mis de côté leurs différends avec moi ainsi que leur ego et qu’ils ont donné priorité aux intérêts des travailleurs », a-t-il soutenu.
Et de poursuivre : « Mo pe analiz tou seki zot finn propoz mwa. Veuillez noter que je ne prends pas en considération ce qui se fait autrement. Paski klerma ena enn diferans ki Platform finn swazir pou dialog ar mwa an tan ki minis Travay, tandi ki Joint Negociating Panel finn swazir pou pass par vwa de press ek al direktema biro Premie minis. Je vais en partenariat qu’avec ceux qui choisissent de mettre de côté leur ego et donnent priorité aux intérêts des travailleurs en discutant directement avec moi. »
Shakeel Mohamed a ajouté que cette deuxième rencontre avec la Platform est venue confirmer ce qu’il pensait de bien de la bonne disposition de ces animateurs dans l’intérêt des travailleurs.
Selon Jane Ragoo, les animateurs de la Plateform ont eu l’occasion d’expliquer, entre autres, au ministre les procédures relatives à une « dispute de droit » et une « dispute d’intérêt ». Une « dispute de droit » a trait à ce que la loi prévoit, tandis qu’une « dispute d’intérêt » concerne l’amélioration des conditions d’emploi d’un travailleur. « En cas de deadlock dans une dispute d’intérêt, le syndicat est obligé d’avoir l’aval du patronat pour aller devant un tribunal, ce qui est inacceptable ! », s’indigne-t-elle.
La syndicaliste a affirmé qu’après avoir écouté leurs points de vue le ministre a promis de consulter l’Organisation international du travail ainsi que le State Law Office pour en mesurer les implications des amendements proposés par la Platform.