Il existe désormais un vrai engouement autour du poker à Maurice. Les mordus de ce jeu de cartes s’affrontent régulièrement dans des parties palpitantes. Certains sont passés professionnels et les meilleurs s’affronteront lors de la nouvelle édition du World Poker Tour de Maurice.
Diffusés à la télévision, les grands tournois de poker se déroulant à Las Vegas et dans d’autres régions du monde ont contribué à populariser ce jeu à Maurice. Selon Parvin Apadoo, directeur du casino Ti Vegas, ils sont une cinquantaine de joueurs réguliers à pratiquer le poker lors de tournois organisés quotidiennement. Plutôt habitués au “boka” ou au poker à cinq feuilles, les Mauriciens ont appris à mieux apprécier le Texas Hold’em, la forme de poker la plus répandue.
Depuis quelques années, ils peuvent eux-mêmes jouer autour de tables prestigieuses grâce aux grands tournois organisés à Ti Vegas, qui détient les droits d’organisation de grands tournois comme le World Poker Tour ou l’Asian Poker Tour.
Grands tournois.
Sans doute le tournoi le plus prestigieux au niveau mondial, le World Poker Tour attire les foules. L’année dernière, l’édition mauricienne a battu un record régional en accueillant 296 joueurs. Cette année, les organisateurs espèrent dépasser la barre des 350 joueurs lors du Main Event, la manche finale.
Outre les joueurs mauriciens qualifiés à travers les tournois satellites qui ont débuté depuis trois mois, le Main Event comprendra des joueurs étrangers venus expressément pour l’occasion. Parmi eux, Michael Moutarde, un Français qui a l’habitude de participer aux gros tournois de l’océan Indien. Soulignons que même si on ne s’est pas qualifié pour le Main Event, on peut y participer contre un buy-in, qui est une sorte de ticket d’accès à la table et qui coûte Rs 60,000.
Champions.
Les tournois prestigieux organisés à Maurice ont mis en avant quelques bons joueurs, dont Josian Delawon et Bruno Tadebois, gagnants respectifs des deux précédents Main Events du World Poker Tour de Maurice. Bruno Tadebois soutient qu’avec plus de moyens, le poker pourrait connaître un plus grand essor. “En 2009, la plupart des Mauriciens commençaient à apprendre à jouer. Aujourd’hui, beaucoup sont des semi-professionnels. Si les moyens le permettaient, beaucoup de Mauriciens seraient passés pros. Le rêve serait de voir un joueur mauricien passer pro et être sponsorisé par une de ces grosses compagnies sur le net comme Poker star, Fult tilt Poker, etc.”
Cette popularité touche également la gent féminine, une dizaine de femmes jouant régulièrement au poker à Maurice. Lors du World Poker Tour, un tournoi réservé exclusivement aux femmes sera organisé. Bien entendu, les femmes pourront également participer au Main Event. Corinne Chan, qui a remporté le premier Ladies Event organisé à Maurice l’année dernière, confie que jouer contre des hommes est relativement différent que lorsque l’on s’oppose aux femmes. “En général, les femmes sont beaucoup plus prudentes que les hommes. Généralement, je joue contre les femmes dans les tournois. Mon mari, qui m’a initié au poker et qui est un passionné, participera lui au Main Event.”
Excitation.
Selon les joueurs réguliers, plusieurs éléments font du poker une activité populaire. À commencer par la montée d’adrénaline, surtout lors des joutes à gros enjeux. Le fait qu’il y a beaucoup d’argent à gagner est très motivant. “Le boka est révolu. La nouvelle génération est beaucoup plus dynamique et aime le risque. La possibilité de bluffer et d’analyser ses adversaires est le maître mot du Texas Hold’em. Personne ne niera que les prix constituent la motivation principale d’un tournoi, mais il y a également l’honneur de remporter un tournoi, les frissons et le challenge de se prouver que l’on peut”, souligne Bruno Tadebois. “C’est une passion. Le poker est un jeu où il y a beaucoup de lecture, beaucoup d’analyse. Il faut faire les bons moves au bon moment, sinon tu te fais éliminer”, confie Josian Delawon.
Cash Games.
Les grands tournois, comme le World Poker Tour – dont le Main Event de cette année se déroulera du 5 au 10 mars, ainsi que les cash games organisés régulièrement, contribuent largement à populariser le jeu à Maurice. Nul besoin d’attendre qu’un tournoi soit organisé pour se mesurer à d’autres joueurs. Par ailleurs, si ces cash games concernent généralement le Texas Hold’em No Limit, les organisateurs ont récemment initié le Omaha, qui est une variante de poker sensiblement différente du Texas Hold’em. Cette variété de poker est jouée au pot limit, ce qui implique qu’on ne peut miser au-delà de la somme déjà présente sur la table.
Chaque soir à Ti Vegas, ils sont nombreux à venir montrer leur talent autour d’une table et jouer pour de l’argent, en espérant toucher le gros lot…