Son choix a fait l’unanimité au cours de la réunion du comité directeur du Comité olympique mauricien vendredi. Natacha Rigobert, spécialiste de beach-volley, sera définitivement le porte-drapeau de la délégation mauricienne lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Londres le 27 juillet.
« Je suis vraiment heureuse et honorée que cette mission m’ait été confiée. La surprise a été totale », avouera d’emblée celle qui avait décroché sa qualification pour le rendez-vous olympique en compagnie de sa coéquipière Élodie Li Yuk Lo lors du tournoi continental tenu au Rwanda le mois dernier.
Ayant appris la nouvelle de sa nomination suite à un appel téléphonique de Kaysee Teeroovengadum, président de l’Association mauricienne de volley-ball, Natacha Rigobert nage dans un certain bonheur. « Voilà une autre première pour moi, car je deviens la première sportive mauricienne à agir comme porte-drapeau lors d’une édition des Jeux Olympiques. Aujourd’hui, je me sens encore plus fière d’être Mauricienne. »
Auparavant, elle avait été la première volleyeuse mauricienne à évoluer en Pro F en France et à décrocher des titres au niveau universitaire et de la deuxième division au sein de Le Cannet. De plus, le beach-volley sera la première discipline collective où Maurice sera représentée aux Jeux Olympiques.
Dans ces moments d’euphorie, Natacha Rigobert, actuellement à Nice, garde malgré tout sa concentration sur cette dernière ligne de préparation en vue des Jeux Olympiques. Le récent tournoi tenu à Rome a permis à la paire mauricienne de mieux se situer. « Nous avons certes été battues par des Américaines dès le premier tour. Toutefois, nous n’avons pas été ridicules, car nous n’avions qu’un point de retard (10-11) lors du temps mort technique du deuxième set. Face à nous se trouvaient des joueuses bien encadrées et qui ne vivent que pour le beach-volley. »
Si Natacha Rigobert et Élodie Li Yuk Lo sont incertaines pour le tournoi de Gstaad au début du mois prochain par manque de moyens financiers, elles comptent être au rendez-vous à Berlin et à Klagenfurt. Auparavant, elles souhaitent bénéficier de l’apport de sparring-partners brésiliennes et américaines.
« Le fait de disputer des matches de haut niveau ne pourra que nous apporter le petit plus », souligne Natacha. Question de mettre tous les atouts de leur côté afin de vivre à fond cette grand-messe du sport mondial.