Le ministère de la Santé éprouve beaucoup de difficulté à recruter des chirurgiens cardiaques. C’est ce qu’a soutenu hier le ministre de tutelle Lormus Bundhoo pour expliquer pourquoi le Cardiac Centre compte actuellement un seul chirurgien. Celui-ci est néanmoins épaulé par des équipes étrangères qui viennent régulièrement à Maurice.
Environ 1 700 cas, dont 250 en urgence, sont référés en un an au Cardiac Centre à Pamplemousses. C’est la réponse donnée par le ministre de la Santé Lormus Bundhoo à la députée MSM Maya Hanoomanjee. Celle-ci voulait connaître le nombre de patients décédés au cours de ces cinq dernières années alors qu’ils étaient sur la waiting list pour une intervention chirurgicale.
Le ministre devait alors déclaré que seulement une personne est décédée en 2009 et une autre en 2010, tout en précisant que cela représentait moins de 2 %, alors que le taux sur le plan international est de 4 %. Toutefois, un seul chirurgien cardiaque est affecté au Cardiac Centre, décrit par le ministre comme « the only referral centre for cardiac surgery ». Les patients viennent des hôpitaux régionaux, de Rodrigues, mais aussi des cliniques privées où ces interventions ne peuvent être réalisées.
La députée Hanoomanjee devait alors demander comment ce chirurgien faisait pour gérer tous ces cas, sans compter qu’il intervient également dans certains pays de la région. Lormus Bundhoo a expliqué que Maurice reçoit également chaque année des équipes de professionnels étrangers qui réalisent des opérations cardiaques. Il a ajouté que certains patients ne peuvent être opérés tout de suite, car il faut stabiliser leur état de santé avant une telle intervention.
Revenant sur le nombre de chirurgien au Cardiac Centre, le ministre de la Santé a expliqué que des avis de recrutement ont été lancés à travers la presse, mais que le ministère n’a pas reçu les candidatures nécessaires. « Nous avons décidé de lancer l’appel sur le plan international, mais il nous faudra aussi négocier le salaire car un chirurgien de notre service touche bien moins que ce qui est proposé ailleurs. »
Le député MMM Satish Boolell a alors demandé à Lormus Bundhoo si la chirurgie cardiaque figure parmi les filières d’études prioritaires. Le ministre devait lui répondre par l’affirmative.