Le gouverneur de la Banque de Maurice, Manou Bheenick, a incité hier le secteur privé à prendre le leadership dans le cadre d’un partenariat public-privé en vue de la préparation d’un plan stratégique allant au-delà de 2020. C’était lors du dîner annuel de la Banque de Maurice.
« As we edge our way out of the still-lingering financial crisis, I believe the time is ripe for us to embark on a new visioning project to look Beyond Vision 2020 to realise the further promise of our potential. Our public-private partnership has gained in maturity. I see no reason why a thriving private sector cannot take the lead in setting our perspective for the future. Don’t wait for government. Set up your own think-tank on strategic issues. Let the government be the facilitator of change », a lancé le gouverneur de la Banque centrale. Manou Bheenick a observé que le pays a atteint un certain niveau de développement. Toutefois, il est d’avis que le pays peut mieux se développer lorsque le gouvernement suit la stratégie, les initiatives et la vision du privé.
« C’est l’appel que je lance au partenaires du secteur privé », a-t-il dit. « This is my call to our private sector partners tonight, re-echoing the call at the launch of Vision 2020, that the private sector should take the lead in future national visioning exercises », a souligné Manou Bheenick.
Le gouverneur de la Banque centrale s’est réjoui que les banques locales n’ont pas été contaminées par les erreurs commises par les banques internationales.
« We have suffered no contagion from questionable practices and misdemeanors which had become common currency in the top echelons of global banking and finance. By judicious regulation, by innovative intervention, by much prudent action by our banks themselves and also, I must say, by a fair bit of luck, we have managed to avoid the calamitous plight of so many hard-hit countries in the world », a soutenu le gouverneur de la Banque.
Manou Bheenick s’est longuement appesanti sur la vision 2020 qui a contribué au miracle mauricien. Il a observé que cette vision avait été élaborée sous le gouvernement de sir Anerood Jugnauth qui avait même participé à une réunion de réflexion en compagnie de tous les membres de son cabinet. Le rapport a été toutefois publié sous le gouvernement de Navin Ramgoolam, a-t-il précisé.