La secrétaire d’État française Annick Girardin a profité d’une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell ce matin pour lancer un appel en faveur du transfert en France des détenus français à Maurice. La secrétaire d’État française, qui est arrivée à Maurice hier soir, a visité ce matin Les Moulins de la Concorde avant de rencontrer le chef de la diplomatie mauricienne. Elle a ensuite eu une session de travail avec le secrétaire général de la COI, Jean-Claude de l’Estrac. Une rencontre avec le Premier ministre Navin Ramgoolam est prévue cet après-midi. Elle doit être suivie d’une visite à l’Université des Mascareignes.
Le transfert des détenus français figurait à l’agenda des discussions ce matin entre la secrétaire d’État française et le ministre des Affaires étrangères.  Plusieurs ressortissants français ont en effet été appréhendés à leur arrivée à Maurice pour possession de drogue, en particulier de Subutex ou de cannabis.  Certains ont été condamnés à des peines allant jusqu’à 20 ans d’emprisonnement. Plusieurs autres ressortissants français sont incarcérés en attendant leur comparution devant la justice. Le ministre Arvin Boolell a reconnu que cette question a été évoquée par Manuel Walls alors qu’il était ministre de l’Intérieur avec le Premier ministre, Navin Ramgoolam. Cependant, il n’y a pas encore d’accord entre Maurice et la France concernant le transfèrement de détenus.
Concernant le Subutex, la situation est plus difficile, car ce produit, considéré comme une drogue à Maurice, ne l’est pas en France. Toujours sur le plan bilatéral, Arvin Boolell a remercié la France pour le soutien accordé aux projets de développement, à travers l’Agence Française de Développement, entre autres. Parmi ces projets, les plus visibles figurent dans le concept Maurice île Durable ainsi que dans des projets d’infrastructures routières, dont la route Verdun–Terre-Rouge. Il a aussi été question de la cogestion de Tromelin, qui fait l’objet d’un projet de loi, et qui n’a pas encore été adoptée par le Parlement français. Arvin Boolell a également souhaité que le gouvernement français renoue avec la pratique d’octroi de bourses d’études aux lauréats de l’alliance française.
Sur le plan régional,, il a surtout été question du sommet des Chefs d’État et de gouvernement prévu à Moroni le 25 juillet prochain. Le président français François Hollande fera à cette occasion le déplacement aux Comores. Ce sommet doit faire l’objet d’une réunion de préparation le 7 juillet prochain. Le ministre Boolell a souhaité que les sujets controversables, comme le changement d’appellation de la Commission de l’océan Indien, ne figurent pas à l’agenda du sommet. Il sera question, entre autres, de la circulation maritime dans l’océan Indien, de la lutte contre la piraterie et de la sécurité maritime. Le ministre Boolell a aussi mis l’accent sur la prochaine conférence des Nations Unies, prévue à Samoa, et où la secrétaire d’État française sera aussi présente. Il a souhaité une « aide soutenue » aux petits États insulaires en développement, principales victimes des effets du changement climatique.
Le ministre Boolell a aussi souligné l’importance d’une aide accrue à Madagascar afin que ce pays redevienne le grenier de l’océan Indien. Cette mesure permettra par elle-même de rentabiliser la circulation maritime dans l’océan Indien. La candidature mauricienne à la succession d’Abou Diouff aux fonctions de secrétaire général de la Francophonie a aussi évoquée. Arvin Boolell a observé que La Réunion a déjà accordé son soutien à la candidature de Jean-Claude de l’Estrac et que la position de la France est attendue avec intérêt. Mme Girardin a souhaité la consolidation de la campagne mauricienne afin de mieux faire connaître son candidat. Rappelons qu’avant de venir à Maurice, Annick Girardin s’était arrêtée à Madagascar et aux Comores.