S’ils étaient nombreux la semaine dernière à tenter leur chance pour remporter les Rs 100 millions du Loto, les Mauriciens semblaient légèrement plus frileux cette semaine, alors que Rs 20 millions supplémentaires viennent pourtant grossir le montant du jackpot. Reste que beaucoup auront probablement attendu la dernière minute pour jouer. Quoi qu’il en soit, tous n’aspirent qu’à une chose : décrocher la timbale et voir leur vie changer à tout jamais !
La semaine dernière, l’appât du jackpot historique de Rs 100 millions du Loto avaient suscité la frénésie chez les joueurs. Cette semaine, c’est Rs 120 millions qui sont en jeu. Pour autant, les Mauriciens apparaissaient moins pressés de se rendre chez leur détaillant. Est-ce à dire que les joueurs se désintéressent du gros lot ou qu’ils ont perdu tout espoir de l’emporter ? Loin s’en faut. Une bonne partie d’entre eux attendront probablement la dernière minute pour valider leurs tickets. Le point sur la situation.
Le 4 avril dernier, soit la veille du tirage du jackpot « historique », force est de constater que les gens se ruaient vers les commerçants, chacun espérant devenir le prochain multimillionnaire. En vain, puisque personne n’aura remporté le gros lot, poussant la Loterie Nationale à ajouter Rs 20 millions supplémentaires. Les détaillants, rencontrés hier, ont leur explication. Certains pensent que l’absence de gagnant la semaine dernière aura démotivé nombre de joueurs à remettre ça. Wellington Ng, de Corner House, à Port-Louis, est en tout cas de cet avis. « Cette semaine, nous avons une drôle de tendance. Les gens ne jouent pas autant que la semaine précédente. Dès le mardi de la semaine dernière, les gens commençaient déjà à affluer alors que, cette semaine, ils auront attendu le vendredi. » Propos rejoints par le responsable du Star Café, à Port-Louis. « C’est vrai que l’ambiance est différente. Les gens jouent moins. La semaine dernière, les Mauriciens dépensaient beaucoup au Loto, contrairement à cette semaine, où beaucoup n’ont pas dépensé plus de Rs 100 », dit-il. Satish Moher, qui opère sous l’enseigne Coronation au  marché central de la capitale, abonde dans le même sens : « Bann dimoune pe hésite. Zot pe zwe zis Rs 100. » La raison, selon lui, est d’ordre budgétaire, les Mauriciens ne voulant dépenser davantage dans ce jeu de hasard.
Mais tous ne sont pas de cet avis. D’autres boutiquiers estiment en effet que les joueurs continuent d’affluer normalement. D’autres, encore, estiment qu’ils attendront samedi pour valider leurs numéros. Ah Kioon, responsable de la Tabagie Buckingham, à Rose-Hill, continue ainsi de servir normalement ses clients. Les joueurs, il les attend « en masse » samedi. « Dan samedi, bokou dimoun vinn zwe. Mo fam ek mo ser bizin vinn donn mwa enn kou de main. Letan nou ouver, enn ta dimoune fini. Dan la zourne, li poze enn tigit, mais apre li reale ziska 7 h aswar », fait-il ressortir.  
Chez Football Polls, à Beau-Bassin, Sydney Herry dit ne pas s’attendre à recevoir beaucoup de joueurs. Ce qu’il qualifie d’ailleurs de « normal », car « chez nous, les gens ne déboursent pas une grosse somme », dit-il. Pour autant, comme le répète la Loterie Nationale, il suffit d’une mise de Rs 20 pour voir sa vie changer. D’ailleurs, si ses clients « ne misent pas beaucoup », Sydney Herry rappelle fièrement avoir validé les tickets de deux gagnants du jackpot, l’un de Rs 30 millions et l’autre de Rs 17 millions. « Et jamais deux sans trois, non ? » lance-t-il avec le sourire.