La journée internationale de la langue maternelle est célébrée aujourd’hui. Pour Ledikasyon Pu Travayer, les célébrations de cette année arborent un charactère spécial et historique car la langue kreol et le bhojpuri sont enseignés à l’école primaire. Dans son message à l’occasion de cette journée, l’organisme revendique une nouvelle fois l’utilisation du kreol comme médium pour l’enseignement des sujets tels que les mathématiques, les sciences et la géographie.
« Sa lane-la kan nu pe selebre sa zurne-la lang Kreol ek Bhojpuri pe anseyne dan lekol primer. Sa li pu premye fwa », écrit Ledikasyon Pu Travayer (LPT) dans un communiqué qu’il fait circuler dans le cadre de la journée internationale de la langue maternelle. « Ena 3 300 zanfan pe aprann kreol ena 83 profeser pe anseyn kreol. Tu zanfan ki deza pran hindi pu osi gayn enn introdiksyon a bhojpuri. Sa vedir kan nu azut sa de prosesis-la ansam pu premye fwa lang maternel mazorite dimunn Moris servi finn gayn so rekonesans ofisyel finn pran so plas parmi lezot lang ki anseyne lekol », poursuit LPT, qui milite également pour l’utilisation du kreol au sein de l’Assemblée nationale, au sein des ministères et pour la rédaction des comptes-rendus des associations.
Dans une déclaration au Mauricien, Alain Ah-Vee, membre exécutif de LPT, souligne que le kreol était interdit dans le passé et que l’introduction de cette langue dans le système scolaire constitue un grand pas. Cette initiative, poursuit notre interlocuteur, est une première étape car il reste encore beaucoup à faire pour la promotion de cette langue. Il reste encore, selon Alain Ah-Vee, à introduire cette langue comme médium pour l’enseignement des sujets comme les mathématiques, les sciences, la géographie et l’histoire dans le primaire. « Il est important qu’un enfant apprenne dans une langue qu’il maîtrise », déclare Alain Ah-Vee. « Lorsqu’un enfant est mis à l’épreuve, on teste plutôt son niveau d’anglais et non pas sa connaissance réelle du sujet », argue le membre de Ledikasyon Pu Travayer qui insiste vivement sur la compréhension du sujet et de la question présentée. Dans son message, dans le cadre de cette journée internationale, LPT écrit : « Li interesan, anfet, ki sa lane-la li osi enn selebrasyon spesyal parski UNESCO finn swazir kuma so tem pu 2012 presizeman sa kestyon medyom la : “Ledikasyon dan lang maternel, ledikasyon inkliziv”. Pena okenn dut ki bann size ki ena konteni syantifik bizin anseyne dan lang ki zanfan alez ki li servi tulezur ki li metrize a 100 %. Pena lot apart lang maternel pu fer sa. Akoz lang Kreol ki pa zis lang maternel 3/4 dimunn Moris (lezot koz sirtu Bhojpuri) me li osi vernakiler Repiblik Moris ek akoz li pa servi kuma medyom dan lekol buku zanfan truv zot exklir depi lekol depi byin boner. »
La non-utlisation de la langue kreol est au détriment de l’enfant, soutient LPT. « Sa represyon langaz Kreol Morisyen li finn fer ek li ankor pe fer buku ditor zanfan. Li fer ditor parski zanfan pa reysi servi so kapasite natirel (lang maternel) pu li kapte ek devlop lide dan so servo. Setadir kan syans ek lezot size anseyne dan enn lang etranzer kuma Angle-Franse li perpetye sa zafer aprann par ker-la. Samem nu dir li selman kumansman enn viktwar kan Kreol rantre kuma enn size. » L’organisme s’appuie ainsi sur des recherches internationales qui ont démontré les avantages de l’enseignement dans la langue maternelle dans le système éducatif.
Selon Alain Ah-Vee, il faut « maintenir la pression sur les politiques » pour que l’utilisation du kreol comme médium d’enseignement devienne une réalité. « Cela ne devrait pas être une chose compliquée car un travail important a été réalisé depuis un an par l’Academi Kreol. Il existe une orthographe officielle, un curriculum qui a été institué par le Mauritius Insititute of Education (MIE), il existe également un dictionnaire du Kreol Morisyen… Aujourd’hui nous disposons de tous les outils nécessaires pour que ce projet soit réalisé », conclut notre interlocuteur.