(FILES)(COMBO) This combination of files pictures created on September 24, 2019 shows Democratic presidential hopeful Former Vice President Joe Biden at Texas Southern University in Houston, Texas on September 12, 2019,and US President Donald Trump during a meeting in the Oval Office at the White House in Washington, DC, September 20, 2019. - US President Donald Trump openly called on China as well as Ukraine to investigate his potential 2020 election rival Joe Biden, taunting Democrats seeking his impeachment for inviting foreign election interference. Speaking in Florida October 3, 2019, Trump blasted his accusers as "maniacs" pursuing "impeachment crap" as he sought to turn the tables on a probe that threatens to make him only the third US president ever impeached in the House of Representatives, and face a trial in the Senate. (Photos by Robyn BECK and SAUL LOEB / AFP)

Le parquet ukrainien a dit vendredi réexaminer des dossiers impliquant le groupe gazier Burisma, un temps lié au fils de Joe Biden, au moment où Donald Trump est soupçonné de pressions sur Kiev pour éliminer son rival démocrate.

« Nous faisons un audit des affaires (…) dans lesquelles peuvent être impliqués Mykola Zlochevsky (ex-dirigeant de Burisma), Serguiï Kourtchenko (homme d’affaires ukrainien) et d’autres », a indiqué aux journalistes le procureur Rouslan Riabochapka.

Selon lui, ces affaires autrefois examinées par la justice mais classées à l’époque sont au nombre d' »environ 15″ mais ne semblent pas concerner le fils de Joe Biden, Hunter, qui était entré en 2014 au conseil d’administration de Burisma.

« D’après ce que nous voyons, il s’agirait davantage de Zlochevsky et Kourtchenko que de Burisma et Biden », a-t-il précisé. « Je ne peux pas dire que nous voyons ou comprenons toutes les affaires. Le travail se poursuit et nous présenterons les résultats plus tard. »

Le but du réexamen est de déterminer si ces dossiers avaient été classés légalement, a-t-il affirmé assurant que cette décision n’avait pas été prise sous pression politique.

« Aucun politique étranger ou ukrainien ne m’a téléphoné ou tenté d’influencer mes décisions », a insisté M. Riabochapka.

Le président américain est accusé d’avoir fait pression, lors d’un appel téléphonique, sur son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky pour qu’il lance une enquête visant le fils de son potentiel adversaire démocrate dans la présidentielle de 2020, Joe Biden, ancien vice-président de Barack Obama.

Les démocrates américains ont déclenché suite à ces accusations une enquête contre le milliardaire républicain en vue d’une destitution.

Avocat et investisseur, Hunter Biden a siégé de 2014 à 2019 au conseil de surveillance du producteur de gaz ukrainien Burisma, cofondé par l’oligarque prorusse, Mykola Zlochevsky.

dg-pop/alf/cac