Intervenant lors des débats sur le Supplementary Appropriation (2015-2016) Bill à l’Assemblée nationale ce matin, Vishnu Lutchmeenaraidoo est revenu sur le contexte ayant nécessité la fusion de la National Commercial Bank (ex-Bramer Bank) et de la MPCB. L’ex-ministre des Finances a évoqué les risques d’une crise financière systémique, la sauvegarde de 750 emplois et l’intérêt de 640 000 clients de ces deux banques. Il s’est dit également convaincu de la nécessité d’une SME Bank, mais la priorité était d’éviter une crise financière et sociale.
Vishnu Lutchmeenaraidoo est revenu avant tout sur les dettes publiques, pour clarifier certains points avancés par Reza Uteem du MMM. Le ministre des Affaires étrangères a évoqué « l’héritage » difficile de l’ancien gouvernement, précisant que pendant les six dernières années précédant son arrivée aux Finances, la dette publique n’avait pas connu de baisse.
Revenant à la MauBank, il a avancé que c’est une grande décision qu’il a été amené à prendre étant donné qu’il y avait deux banques avec des risques d’effondrement, à savoir la Bramer Bank et la MPCB. « Quoi que j’étais convaincu qu’il fallait une SME Bank, je ne pouvais ignorer cette situation. J’ai pris sur moi pour fusionner les deux banques. Nous avons fait de notre mieux pour gérer ce dont nous avions hérité du précédent gouvernement. La MPCB avait des loans incroyables octroyés sous l’ancien gouvernement ».
Le fait d’injecter des fonds publics dans des banques n’est pas nouveau, a précisé Vishnu Lutchmeenaraidoo, en faisant référence à deux grandes banques au Royaume Uni qui avaient connu une situation similaire. « Nous avons pris des risques dans l’intérêt public. Nous avons placé un des meilleurs CEO du pays à la tête de la MauBank. Je suis confiant. La banque est numéro trois sur le plan national. Dans trois ans, elle sera le numéro 2. »
Il a également insisté sur la nécessité d’injecter l’argent public dans la nouvelle banque pour éviter une crise financière et sociale à la fois. « Il y a trois raisons qui ont motivé cette décision : éviter une crise systémique dans le secteur bancaire si jamais ces deux banques devaient s’effondrer ; la sauvegarde de 750 emplois, particulièrement dans un contexte où on ne pouvait créer de nouveaux emplois et l’intérêt des 640 000 clients de ces banques. »
S’exprimant sur le SME Project, Vishnu Lutchmeenaraidoo a déclaré qu’il a été difficile de réaliser ce qui était prévu au départ, vu la situation. « Beaucoup est en train d’être fait au niveau de mon collègue des affaires, nous avons du retard, je le reconnais, mais ce gouvernement a passé beaucoup de temps à faire du crisis management. Nous avons fait de notre mieux pour sortir de ce dont nous avions hérité. »