Son contrat arrive à expiration au mois de juillet mais on souhaite qu’elle soit rapidement révoquée. C’est la requête de l’UTM Employees Union qui, par le biais de son président, Vikash Seewasagur, a envoyé une correspondance au Premier ministre, Pravind Jugnauth,

Selon le syndicaliste, la situation va de mal en pis depuis l’arrivée de la directrice générale, qu’il qualifie de « nominée politique ». « Avant qu’elle ne soit nommée à l’UTM, nous avions écrit pour dire comment elle était. Nous savons comment elle avait travaillé à l’Université de Maurice, où elle avait fait des fracas », explique Vikash Seewasagur au Mauricien.

Le dernier événement en date qui, selon lui, discrédite encore plus la directrice générale est la réunion du Conseil académique tenue jeudi dernier de 10 h 30 à 14 h 30. Une réunion qui, dit- il, n’aurait pas dû se tenir par manque de quorum. Il ajoute que cette dernière a également fait un “walk-out” lors de la réunion du conseil d’administration la semaine dernière car « elle ne pouvait répondre aux interrogations » du président. Selon lui, les procès-verbaux des cinq dernières réunions du conseil d’administration de l’institution n’ont pas encore été remis au président, alors que celui-ci les réclamait.

« La directrice générale ne peut pas gérer une université. Nous avons aussi noté qu’elle harcèle les employés et que, depuis son arrivée, elle n’a fait qu’aggraver la situation », dit Vikash Seewasagur. Pour lui, elle « n’a pu mettre sur pied un plan stratégique » pour l’UTM. « Elle ne veut pas que l’UTM fasse du progrès et le nombre d’étudiants diminue année après année », soutient-il. Vikash Seewasagur dit aussi avoir reçu un avertissement de la part de la directrice générale. « Elle m’a demandé de suivre la hiérarchie avant de parler des problèmes de l’UTM sinon j’aurai une lettre d’avertissement », dit-il, ajoutant qu’elle « n’a pas le droit de le faire ».

Vikash Seewasagur soutient que les manquements à l’UTM deviennent « de plus en plus graves ». Il avance de même que les chargés de cours ont du mal à travailler en raison de l’absence de projecteurs et de climatiseurs. « Nous avons aussi un grave problème d’électricité et de présence de chiens errants », dit-il.

De son coté, la directrice générale dit avoir accompli certaines choses depuis son arrivée. « Je suis très contente de soumettre mon bilan », dit-elle. Concernant les rapports financiers soumis, elle dit avoir mis sur pied l’école de Health Sciences et souligne que l’UTM est reconnue par le Medical Council de Maurice depuis 2016. Elle ajoute avoir monté de nouveaux programmes dans la production de films, des règlements pour faciliter l’entrée aux futurs étudiants, de même qu’un Ordinary Degree établi pour ceux n’ayant pu compléter quelques modules.