L’Anti-Drug Smuggling Unit (ADSU) de l’aéroport a frappé un grand coup en cette période de fêtes de fin d’année avec l’interception d’une cargaison d’héroïne destinée au marché local. Un ressortissant malgache, Hervé Michel Randriantsara, 38 ans, est en effet descendu d’un avion en provenance de la grande île samedi dernier avec, dans son estomac, pas moins de 90 boulettes d’héroïne. Après avoir purgé ces “foreign bodies”, le suspect a été longuement interrogé par la brigade des stupéfiants avant d’être inculpé d’une charge provisoire devant la Cour de District de Grand-Port et placé à nouveau en détention.
Le dénommé Hervé Michel Randriantsara avait pourtant cru avoir fait le plus dur en ce samedi du 20 décembre en passant les autorités douanières sans être inquiété. Mais le Malgache ne se doutait pas que les hommes de l’ADSU, basés à l’aéroport, avaient déjà des indications très précises et l’avaient en fait placé sous haute surveillance. Stratégiquement, les policiers n’avaient en effet pas procédé à son arrestation à l’aéroport car ils espéraient qu’un exercice de filature leur permette de mettre également la main sur ses contacts locaux.
Le suspect Michel Randriantsara s’est ainsi rendu dans un pensionnat à Beau-Vallon sans savoir qu’il était suivi par des officiers de l’ADSU. Cependant, la surveillance de cette guest house n’aura pas donné les résultats escomptés. Aussi les responsables de l’opération ont-ils décidé d’appréhender l’individu. Dès son arrestation, celui-ci a été emmené à l’hôpital Nehru pour une inspection médicale, comprenant des rayons X. Les soupçons de la police devaient ainsi se confirmer, le rapport médical indiquant la présence de corps étrangers dans le Malgache.
Admis à l’hôpital régional du Sud, où il a été placé sous haute surveillance policière, Michel Randriantsara a ainsi purgé 90 boulettes d’héroïne en trois phases (26 dimanche, 53 lundi et 11 mardi). Les boulettes pesaient un total de 569 g, soit une valeur marchande de la drogue évaluée à Rs 8,5 millions. Dans l’après-midi de mercredi, les hommes de l’ADSU aux Casernes centrales ont procédé à une opération délicate en vue d’ouvrir les boulettes en présence du suspect. La drogue a par la suite été envoyée au Forensic Science Laboratory pour des analyses en vue de déterminer son degré de pureté.
Entre-temps, le suspect est déjà passé aux aveux, mais a toutefois affirmé ignorer les noms de ses contacts locaux. Des échanges entre le QG de l’ADSU et les autorités malgaches ont été engagés dans le cadre de l’enquête. Mercredi, Michel Randriantsara a également comparu devant la Cour de District de Grand-Port pour une inculpation provisoire de “Drug dealing with aggravating circumstances — importation of heroin with an averment of trafficking”. L’enquête se poursuit.