L’ADSU a appréhendé hier matin un habitant de Vacoas âgé de 32 ans à son domicile. Yashoverdhana Pudaruth, plus connu sous le nom de Yash, était dans le collimateur des enquêteurs car étant soupçonné d’être à la tête d’un réseau de drogue. Vers 9h45 hier, la brigade antidrogue a débarqué chez lui muni d’un mandat de perquisition. Les enquêteurs devaient alors procéder à une fouille minutieuse de sa maison, au cours de laquelle ils ont mis la main sur trois sacs en plastique renfermant 40 g de cannabis ainsi qu’une balance électronique soupçonnée d’avoir été utilisée pour la pesée de gandia. Une somme de Rs 10 200, suspectée provenir de ce commerce illicite, a également été saisie. Le même jour, le suspect a comparu en Cour de District de Curepipe sous une charge provisoire de “possession of cannabis for the purpose of selling”. La police ayant objecté à sa liberté sous caution, Yash a ensuite été reconduit en cellule.
Durant le week-end, la brigade antidrogue a également pris deux jeunes au collet lors de ses opérations à travers l’île. Il était 6h35 samedi lorsque les membres de l’ADSU de la Division Sud, avec l’aide de l’ERS et la Police Dog, ont débarqué chez un adolescent de 19 ans, à New Grove. Ont été récupérés : quatre sachets de gandia, 60 graines de cannabis ainsi que tout un attirail ayant servi à la pesée et l’emballage de la drogue, soit une balance électronique et des feuilles en plastique. Une somme de Rs 2 000, soupçonnée provenir de la vente de drogue, a aussi été saisie. Après avoir été traduit devant la Bail and Remand Court sous la charge provisoire de culture de gandia, l’adolescent a été autorisé à rentrer chez lui contre une caution.
Enfin, dimanche matin, les enquêteurs de la brigade antidrogue de la Division Sud, assistés de l’ERS et des forces régulières de Vieux-Grand-Port, se sont rendus chez un jeune de 23 ans domicilié dans la localité, où ils ont découvert des graines de gandia, des feuilles de cannabis et un plant de gandia mesurant 50 cm. Le suspect, qui est sans emploi, a été arrêté puis libéré sur parole après sa comparution devant la BRC.