Le leader du MMM, Paul Bérenger, a annoncé samedi qu’il participera à marche antipiratage qu’organiseront les artistes vendredi prochain. Il a, par la même occasion, réclamé l’institution d’une police antipiratage entièrement dédiée à la protection des droits des artistes mauriciens. Il a également lancé un appel aux marchands ambulants leur demandant de faire preuve de solidarité avec les artistes en évitant de commercialiser des productions locales piratées.
Paul Bérenger a expliqué avoir reçu la semaine dernière des artistes mauriciens, dont Bruno Raya, qui ont souhaité sa participation et celle des membres de son parti à leur manifestation. Il a rappelé que le MMM milite depuis des années aussi bien au parlement qu’en dehors du parlement contre le piratage et en faveur d’une législation appropriée. Il a fait mention de la Copyright Act adoptée par le Parlement le 24 mars 2014 qui constituait, soutient-il, un recul pour les artistes. Ainsi, alors que la législation précédente prévoyait la présence de sept artistes au sein du board de la MASA, la nouvelle législation portant sur la constitution d’une Rights Management Society avait éliminé la provision concernant la présence des artistes sur le board de cette société. Suite à des protestations, il a finalement été convenu que trois artistes seraient élus sur le board. Mais l’élection des trois artistes, programmée pour juillet 2015, a été annulée en raison d’une lacune dans la loi. Le résultat est qu’il n’y a toujours pas d’artistes siégeant sur le board du RMS. Cette question a donné lieu à une question parlementaire le 8 septembre dernier, ce qui a permis au ministre Dan Baboo d’annoncer que « we are working together with WIPO on that act and it is coming very soon. But the board is on as they already have a quorum and they are working ». Concernant la présence des artistes sur le board, le ministre avait promis que « the law will be in favour of the artists and for the artists ». « Malheureusement, aucune législation n’a été présentée jusqu’ici », a déploré Paul Bérenger. « Ce qui est triste est que dans l’intervalle les artistes et musiciens ont été victimes des brutalités policières inacceptables », poursuit-il. C’est la raison pour laquelle il a décidé de prendre part à la manifestation des artistes en compagnie d’autres membres de son parti, sans toutefois prendre la parole afin d’éviter toute politisation de l’action artistique. Il a souhaité que le ministre de la Culture présente la nouvelle législation à la rentrée parlementaire après avoir entrepris les consultations appropriées. Paul Bérenger a, également, réclamé que des actions soient prises contre les policiers qui se seraient rendus coupables de violences policières révoltantes. Il a demandé l’institution d’une police antipiratage qui opérerait en permanence et a demandé à la police de ne pas faire de difficultés concernant l’itinéraire choisi par les artistes pour leur manifestation pacifique. Il a également demandé à la Human Rights Commission d’agir rapidement dans le cas de brutalités policières. Paul Bérenger a finalement demandé aux marchands ambulants de ne pas se livrer au piratage des travaux des artistes mauriciens en solidarité avec eux.