Depuis 2013, les plages du sud-ouest du pays subissent une érosion importante suite aux raz-de-marée, aux fortes rafales et à l’expansion de l’habitat. Un problème qui a, à plusieurs reprises, été soulevé au conseil de village de Baie-du-Cap, avant que ne prenne forme un nouveau projet de Landscaping en novembre 2013, sous l’ancien gouvernement suite aux recommandations des experts japonais. Si initialement les travaux devaient prendre fin le 12 mai dernier, le délai a été prolongé de 3 mois par le nouveau ministre de l’Environnement, Raj Dayal, qui a tenu à apporter une touche personnelle. Il a d’ailleurs effectué une visite dans la région, hier matin, en compagnie des membres du Conseil de village de Baie-du-Cap et d’autres personnes concernées, dont les officiers de la Beach Authority. L’objectif : outre la continuation des travaux de lutte contre l’érosion, mettre en place des projets d’embellissement du littoral sud-ouest, dont la plantation d’une centaine de cocotiers, pour une meilleure approche touristique.
 Bel-Ombre, Baie-du-Cap, La Prairie, Le Morne. Toutes ces plages font l’objet de projets de travaux contre l’érosion. C’est ce qu’indique le ministère de l’Environnement qui fait ressortir qu’il ambitionne à travers les nouveaux projets qui seront mis en place  d’embellir cette région de l’île. Une première solution proposée par le ministre Dayal, et qui sera mise en pratique dans les jours à venir, selon lui, concerne la plantation d’une centaine de cocotiers le long de ces plages. Mettant en avant le développement durable et le constat des experts après la plantation des filaos à Mon-Choisy et Flic-en-Flac, Raj Dayal soutient que «contrairement aux filaos, les cocotiers aident à la rétention du matériau et cela diminuera les risques d’érosion. De plus, cela aidera au développement durable, car le coco est utilisé de maintes façons à Maurice, en cuisine ou en artisanat.»
L’ancien poste de police transformé en lieu historique
La construction des murs de rétention sera  également complétée en août prochain. La configuration du débarcadère de Baie-du-Cap sera également revue par les contractors de la firme Super Builders Ltd, afin de faciliter l’opération des pêcheurs. Autre projet en vue de l’embellissement et l’accès aux plages de Baie-du-Cap et de Bel-Ombre, consiste en la construction de parkings aménagés. Le coût total de l’ensemble des ces projets du ministère de l’Environnement dans le sud-ouest de Maurice est de Rs 28,543,805.
Lors de cette visite, l’actuelle conseillère et ancienne présidente du Conseil du village de Baie du Cap, Karuna Jodhee, a évoqué le projet en cours d’élaboration  d’une route privée, donnant accès à un futur site de construction  de résidences privées, située à la rue Ramjattun de Baie-du-Cap. «Des terres de Bel Ombre Sugar Estate ont été achetées pour un projet résidentiel. Le promoteur a ensuite “contracté” des terres avec le gouvernement pour construire un chemin donnant un accès direct à son terrain. Cela soulève la colère chez certains habitants de la région», explique Karuna Jodhee. Selon elle, le promoteur de ce nouveau projet souhaite réaménager l’un des plus vieux postes de police de Baie-du-Cap, datant de 1905. Pour les habitants de ce village, on ne peut toucher à ce monument historique.
En réponse aux craintes des membres du Conseil du village, le ministre Raj Dayal a affirmé qu’il travaillera avec le ministre des Terres et du Logement, Showkutally Soodhun, pour revoir ce dossier et faire de ce  ancien poste de police un lieu historique inamovible.
Toujours dans le cadre de la prévention de l’érosion et de la reconstruction des plages, le ministre de l’Environnement prévoit une site visit dans les jours à venir à la plage publique dans le nord à Anse-la-Raie et dans l’est du côté de Poste-de-Flacq. Il présentera son projet de plantation de mangrove, qui sera entreprise par les membres de la Grand Sable Fishermen Association, qui a en déjà effectué la plantation de plus de 20,000 à Grand-Sable en 2013.