Les responsables des agences anti-corruption africaines regroupées au sein du Commonwealth participent depuis lundi à un atelier de travail à Maurice sur le thème « Fighting corruption without fear and favour ». Les bonnes pratiques et les obstacles dans chaque pays membre seront présentés. La conférence servira également de plateforme pour une meilleure collaboration entre les agences de lutte contre la corruption dans la région.
Placée sous la coordination du Dr Roger Koranteng, du Commonwealth Secretariat, cette rencontre s’appuie sur le fait qu’il est aujourd’hui reconnue que la corruption est un obstacle au développement durable. Selon Mark Robinson du Department for International Development (DIFD) : « L’argent du bribe à travers le monde dépasse chaque année un trillion de dollars américains. Cela représente une barrière importante à la croissance économique. »
S’appuyant sur le principe de la bonne gouvernance, les pays du Commonwealth se sont engagés dans le combat contre la corruption à la fois sur le plan national, régional et international. La mise en place du Network of Anti-Corruption Agencies (ACAs) pour les pays du Commonwealth de la région, permettra ainsi une meilleure collaboration sud-sud.
La conférence de Maurice s’insère dans ce même principe. Au cours des cinq jours de discussions, les pays membres présenteront leurs bonnes pratiques en matière de lutte anti-corruption. Les faiblesses seront aussi identifiées. Des présentations sur le rôle du judiciaire dans le combat contre la corruption, l’impact de l’indice de perception de la corruption sur les pays africains ainsi que le “burden of proof” pour ce genre de délits, sont aussi prévus.
Le directeur de l’ICAC, Anil Kumar Ujoodha, est le chef de file de la délégation mauricienne à cette conférence. Il agira également comme chairperson pour différentes sessions. Les présentations seront assurées par Polly Wan, assistante au DPP à Hong Kong, le juge Mzikamanda du Malawi, ainsi que Brigitte Strobel-Shaw et Tim Steele du United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC).
La conférence réunit 50 responsables des agences anti-corruption de 16 pays d’Afrique notamment le Kenya, la Namibie, la Maroc, l’Afrique du Sud et le Nigeria.