Image d'illustration

Une collaboration étroite entre les autorités réunionnaises et mauriciennes a permis d’administrer un véritable coup de massue à un important réseau de trafiquants de gandia sur l’axe Réunion/Maurice. Ce réseau était placé sous surveillance, et la formule utilisée pour essayer de tromper la vigilance des autorités mauriciennes était des plus sophistiquées. Pas moins de douze kilos de gandia ont ainsi été saisis, et onze arrestations, dont celles d’une mère et sa fille, ont été effectuées à Maurice et à La Réunion. Deux voiliers ont par ailleurs été placés sous scellés à l’île soeur.
Dans un premier temps, des membres de la gendarmerie de l’île de La Réunion ont démarré cette opération coup de filet dès vendredi soir, avec l’arrestation de cinq Réunionnais et de trois Mauriciens en possession de 3,6 kilos de cannabis. Ce groupe s’apprêtait à mettre le cap sur Port-Louis à bord de deux voiliers.
Aussitôt les premiers éléments d’informations sur le Modus Operandi de ce réseau confirmés, les responsables de la lutte contre les stupéfiants à La Réunion devaient alerter leurs homologues de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU). Sur la base des indications obtenues, des descentes policières ont été organisées chez les contacts mauriciens des passeurs de gandia.
À hier après-midi, les limiers de l’ADSU affectés à cette opération, sous la responsabilité du Deputy Commissioner of Police Vinod Appadoo, n’avaient pas encore procédé à une première évaluation en termes d’argent de ces cargaisons de cannabis, qui devaient vraisemblablement servir d’approvisionnement pour le marché local. Cependant, au vu de ces importantes saisies réalisées successivement à La Réunion et à Maurice, le montant de la valeur marchande devrait être considérable.
Les informations disponibles de sources policières confirment cependant que ce réseau était placé sous haute surveillance depuis quelques temps par les autorités mauriciennes et réunionnaises. Dans la soirée de vendredi, cinq Réunionnais et trois Mauriciens étaient sur le point d’embarquer à bord de deux voiliers, dont le Dream of Davy, enregistré à Maurice, pour rejoindre Port-Louis, quand ils furent interpellés par la gendarmerie. Les voiliers ont été placés sous scellés à La Réunion pour des besoins d’enquête.
Les suspects, dont les identités n’ont pas été confirmées officiellement afin de ne pas entamer l’intégrité de la double enquête en cours, avaient en leur possession une importante cargaison de gandia, soit 3,6 kilos. D’autres perquisitions de la gendarmerie de l’île soeur devaient déboucher sur la saisie d’une somme de 6 000 euros et de deux voitures.
Suivant ces développements intervenus dans la soirée d’hier à La Réunion, l’ADSU devait prendre le relais à Maurice. Pour les besoins des opérations, les procès verbaux des suspects ont été transmis aux autorités mauriciennes. L’ADSU devait procéder à l’arrestation de trois personnes, un homme, sa compagne et la fille de cette dernière, et la saisie d’articles compromettants et liés au trafic de drogue. En effet, au cours de cette opération coup de poing, 12 000 semences de gandia, une somme de Rs 401 000 en liquide, des téléphones cellulaires, des ordinateurs et des cylindres d’oxygène vides ont été retrouvés. Les recoupements indiquent que ces trois suspects seraient les commanditaires de ces importations de cannabis et financeraient ces opérations depuis Maurice.
En vue de confirmer ces informations, leurs outils électroniques seront passés au crible par le département informatique de la police.
Les cylindres d’oxygène saisis lors de cette opération feront l’objet d’analyses pour confirmer si elles ont été utilisées pour le transfert de cannabis. Cette piste est sérieusement à l’étude par les limiers de l’ADSU, compte tenu du fait qu’une perquisition au domicile d’un des suspects mauriciens arrêté à La Réunion a débouché sur la découverte de deux cylindres de même type contenant environ 8,5 kilos de gandia. D’autre part, l’un des Mauriciens en détention policière à La Réunion est déjà connu des services de police. Les trois suspects arrêtés par l’ADSU comparaîtront en cour ce lundi pour leur chef d’accusation provisoire.