La comparution de Rudolf Dereck Jean-Jacques, alias Gros Dereck et parrain de l’Ouest présumé devant le tribunal de Pamplemousses ce matin, a été marquée par une bousculade physique provoquée, avec des membres de la presse pour cible. Celui qui est présenté comme étant à la tête d’un important réseau de trafic de drogue, connu comme le réseau de l’Ouest, est dorénavant incarcéré à la Prison de Beau-Bassin après avoir passé cinq semaines en cellule policière. D’autre part, toujours dans l’enquête de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) suite à la double saisie de 12 kilos d’héroïne d’une valeur marchande de Rs 180 millions, le steward du Mauritius Trochetia, Hayeshan Madarbacus, dit Long Laskar, a procédé hier à l’identification de Gros Dereck lors d’un exercice formel.
Des membres de l’entourage de Gros Dereck, qui avaient fait le déplacement en force au tribunal de Pamplemousses, ont tenté en vain d’interdire les photographes de presse de prendre en photo le principal concerné aussi bien que le skipper de L’Ange Rapide, Bruno Westley Casimir. Ils ont eu recours à des actes d’intimidation verbale alors que le dénommé Gros Dereck abusait d’un langage ordurier. Les officiers de police en civil assurant l’escorte de ces deux détenus ont eu fort à faire pour éviter que la situation ne se détériore.
Depuis la mi-journée, Gros Dereck, qui a gardé son droit au silence garanti par la Constitution lors de son interrogatoire par l’ADSU, est « Remanded to Jail ». En principe, les premières 24 heures d’incarcération se déroulent à l’Induction Unit de la Prison centrale de Beau-Bassin. Par la suite, après analyse du dossier du prisonnier en détention provisoire, une décision est prise pour la suite de la détention.
Dans le cas de Gros Dereck, aucune décision n’avait été prise quant au choix de la prison où il sera incarcéré pendant la durée de l’enquête de l’ADSU. La possibilité qu’il soit transféré à la prison de haute sécurité de La Bastille à Phoenix pour des raisons de sécurité n’est pas à écarter. Mais à l’Administration de la Prison, l’on ne veut ni confirmer ni infirmer ce détail, affirmant que toute décision est entérinée en fonction d’une série de facteurs.
Avant de « monter à Beau-Bassin », Dereck Jean-Jacques a dû se prêter malgré lui à des ultimes procédures relevant de l’enquête de l’ADSU. Il a participé à une confrontation avec le suspect et membre d’équipage du Mauritius Trochetia. Lors d’une brève rencontre dans les locaux de l’ADSU aux Casernes centrales, Hayeshan Madarbacus a identifié Gros Dereck comme étant l’homme qui lui remettait d’importantes sommes d’argent avant ses départs pour Madagascar pour les besoins d’importation d’héroïne.
« Li mem sa Gros Dereck là », aurait déclaré en substance Long Laskar aux officiers de l’ADSU à ce sujet. D’ailleurs, ce fut le seul exercice auquel a participé Hayeshan Madarbacus dans la journée d’hier. Il a retenu les services de Me Rama Valayden, qui a voulu s’assurer d’abord des conditions dans lesquelles les premières confessions du membre d’équipage du Mauritius Trochetia ont été consignées par l’ADSU dans la journée de samedi.
L’avocat de ce suspect, habitant Bel-Air/Rivière-Sèche et appréhendé dans la nuit de vendredi à samedi, est en contact avec les enquêteurs de l’ADSU de Plaine-Verte pour établir un calendrier de travail en vue de poursuivre la collaboration de son client avec la brigade anti-drogue dans cette affaire. L’interrogatoire devra reprendre dans les prochaines 24 heures.
De son côté, le propriétaire de l’embarcation L’Ange Rapide, Bruno Westley Casimir, a été reconduit en cellule policière pour une nouvelle semaine. Il devra être confronté avant la fin de la semaine avec Hayeshan Madarbacus lors d’une parade d’identification. Ce pêcheur de Batterie Cassée a agi en tant qu’intermédiaire pour établir le contact avec Gros Dereck pour les opérations d’importation de drogue sur le Mauritius Trochetia. C’est ce qu’a allégué Long Laskar dans ses premières explications à l’ADSU.