La déposition in camera de Siddick Islam, alias Ner, devant la Commission d’enquête Lam Shang Leen, continue à faire des vagues. Comme indiqué dans l’édition du Mauricien d’hier, ce trafiquant de drogue avait fait état d’un paiement d’une somme d’argent à un ancien ministre, qui était en poste mais qui est aujourd’hui en marge de la politique. Il avait pris le soin d’indiquer à la commission que la personne, en l’occurrence son épouse, qui avait exécuté cette « mission délicate », était prête à déposer formellement au sujet de cette affaire.
Réagissant à cette information, l’ancien Attorney General sous le premier gouvernement de Navin Ramgoolam, Rama Valayden, soutient : « Je me rappelle que cette personne était venue me voir un mercredi quand je recevais des membres du public. Elle m’avait parlé du cas de Siddick Islam avec de “new evidence”. Je lui ai fait comprendre que pour cela, il fallait revoir son avocat, qui était Me Guy Ollivry. Mo ti fer li konpran ki mo pa kapav fer nanye ladan ».
« Mo pa’nn gagn okenn peyman ek ankor mwin kado ar Ner », rajoute Rama Valayden, qui attribue ces allégations à un complot ourdi au niveau de l’Eastern High Security Prison de Melrose. « Depuis quelque temps, j’avais entendu parler de ce complot au niveau de la prison de Melrose. Cette proche de Ner était venue me voir un jour où, en tant que ministre, je recevais des membres du public. En tout cas, je maintiens qu’il n’y a jamais eu de paiement ou de cadeaux », s’insurge l’ancien Attorney General.
Dans l’entourage de Siddick Islam, l’on maintient que cette affaire, qui s’est déroulée entre 2000 et 2005, aurait vu l’Attorney General permettre de faire « sortir Ner de la prison sous caution ». À ce stade, avec la déposition de Siddick Islam, la commission Lam Shang Leen est en mode d’attente de First Hand Evidence de cette rencontre pour passer à l’action.