Le compte à rebours pour le Showdown de ce Senior Member of the Bar et VVIP en politique est enclenché. Le président de la Gambling Regulatory Authority (GRA) et de la Law Reform Commission, Me Raouf Gulbul, pourrait se retrouver davantage dans la tourmente après la séance de la Commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge de la Cour suprême, Paul Lam Shang Leen, convoqué pour le mercredi 5 juillet. Et cela en dépit de l’opération « Passe Sifon » engagée depuis mercredi dernier en faveur du Legal Adviser du Premier ministre et leader du MSM, Pravind Jugnauth. Ce jour-là, la détenue Praviza Jeeva, comdamnée à une longue peine de prison pour trafic de drogue d’une valeur de Rs 18 millions, était venue confirmer devant la commission le rôle d’Avocat-Protector présumé de la mafia, assumé par Me Raouf Gulbul. Puis, le lendemain, il y a le cas Jacharee Bottesoie, qui est venu déposer en adoptant la même ligne. Dans le premier cas, Me Gulbul était accusé de vouloir protéger le parrain des parrains, Peroumal Veeren. Dans le second cas, il fallait à tout prix sauver le trafiquant Rajen Velvindron de la prison. Mais pour le témoignage de mercredi prochain devant la Commission Lam Shang Leen, Me Raouf Gulbul devra puiser dans sa longue carrière au barreau pour s’armer d’arguments valides et solides pour se sortir d’affaire. Le dossier à charge risque de s’alourdir avec ce rendez-vous à 1 h du matin à une station-service de Saint-Pierre en pleine campagne électorale de décembre 2014. Des témoins se bousculent à la porte de la commission d’enquête pour venir confirmer cette présence intrigante avec d’autres déballages encore plus compromettants  à venir.
Jusqu’à ce jour, Me Raouf Gulbul est catégorique : pas question pour lui de soumettre sa démission de la Gambling Regulatory Authority et de la Law Reform Commission. « Ces accusations qui remontent bientôt à une quinzaine d’années, ont déjà fait l’objet d’enquête et le Directeur des Poursuites publiques de l’époque avait conclu à une No Further Action », soutient l’entourage politique et légal de Me Gulbul, qui bénéficie de l’appui inconditionnel d’un Senior Adviser qui se veut être un potentat inébranlable à l’Hôtel du gouvernement. De son côté, le Premier ministre et leader du MSM, Pravind Jugnauth, s’est gardé de faire le moindre commentaire au sujet de ses démêlés avec la mafia de la drogue de son candidat battu au No 3 aux législatives du 10 décembre 2014.
Mais mercredi prochain, la partie se jouera sur un autre terrain, avec des preuves ne relevant pas des ouï-dire, et que que le témoin ne devra pas subir des procédures de voir-dire pour sa version des faits. Des recoupements d’informations effectués auprès des sources concordantes indiquent que la commission d’enquête pourrait se retrouver en présence de Direct Evidence au sujet des instructions en vue de « shield » envers et contre tous les trafiquants de drogue du calibre de Peroumal Veeren ou Rajen Velvindron, mais également du mécanisme d’Avocat-Protector avec des Juniors envoyés en première ligne pour ne pas compromettre des Seniors.
La séance de mercredi devra voir un déballage de classe sur des déplacements à l’étranger, notamment à l’île de La Réunion pour des transactions, dont la teneur attend d’être dévoilée et pour des appels téléphoniques et des contacts ne devant pas être répertoriés sur le territoire mauricien. Des messages SMS personnels, pour dire le moins, susceptibles de susciter des remous, pourraient également être révélés.
« Very inquisitive »
A ce stade, il n’y a aucune indication officielle si un exercice de Money Trail et des vérifications des comptes bancaires du président de la Gambling Regulatory Authority auraient été ordonnés au niveau de la commission d’enquête. Mais force est de constater que jusqu’ici, l’ancien juge Lam Shang Leen a surpris plus d’un témoin en se montrant « very inquisitive » au sujet de mouvements suspects de fonds dans les comptes bancaires.
D’autre part, depuis la fin de la semaine écoulée, un nouvel élément intrigant est remonté à la surface. En effet, au cours de la campagne électorale de 2014, le candidat de Lalyans Lepep au No 3 aurait effectué plusieurs déplacements nocturnes dans la région de Saint-Pierre dans la circonscription No 8. Dans un cas spécifique, le lieu de rendez-vous était la station-service de Saint-Pierre à 1 heure du matin. Ceux, dont ses amis du barreau, qui avaient accompagné le candidat Gulbul à cette occasion, craignent d’être convoqués par la commission pour la confirmation de cet événement dans une agglomération où habitent des proches parents de Peroumal Veeren. L’un de ceux au courant de cet épisode n’est autre qu’un Junior de la profession, qui a cru nécessaire de s’en prendre à la presse sur sa page Facebook. Mais plus importante encore devrait être la révélation de la « vraie raison » de ce déplacement.
Tout indique qu’après l’audition de mercredi prochain, Me Raouf Gulbul devra revoir sa stratégie, mettant en avant le fait que « les racontars de ces condamnés pour des délits de drogue avaient été balayés d’un revers de la main par un ancien DPP ». A sa décharge, le juge Asraf Caunhye, qui avait présidé au procès instruit contre le trafiquant Rajen Velvindron aux assises, note dans son jugement que « Bottesoie’s evidence in the present case spanned over two days. His testimony was constantly under severe attack and he was subjected to searching and elaborate cross-examination over a long period. Despite the relentless pressure to which he was subjected, the material part of his version which incriminated the accused in respect of both drug transactions remained unassailable. He was never astute in his answers nor showed any signs of ingeniosity but was always simple, sober, sound and straightforward in his evidence depicting with unfaltering precision all the acts and conduct of accused in supplying the drugs to him both on 7 July 2001 and in May 2001. I have absolutely no doubt that he was a truthful witness who had decided to come out with the whole truth at a later stage. Bottesoie is clearly a repentant offender who purges his conscience first by starting to admit unreservedly his own guilt and by painting a true and complete picture of the whole of the transactions. »
« Sa proposition indécente »
Pourtant, l’ADSU de l’ACP Valaydon, qui avait été ordonnée par la Cour suprême à ouvrir une enquête au sujet des ingérences de « devire lanket pou tire allégations kont Rajen Velvindrnon » contre des promesses de Rs 5 millions, n’avait trouvé rien redire sur le comportement de Me Raouf Gulbul. Ce dernier s’était rendu à la prison centrale le 22 mars 2003 de 8h15 à 9h27 pour présenter à Jacharee Bottesoie « sa proposition indécente ».
Selon toute probabilité, la Junior, qui en sait trop, devrait être très bientôt en mesure de rétablir les faits au sujet de la connexion entre des membres du barreau et ceux derrière les barreaux pour des délits de trafic de drogue. D’autre part, la semaine s’annonce éprouvante pour le MSM car outre les démêlés de Raouf Gulbul et les pressions de plus en plus grandissantes pour sa démission de la GRA et surtout de la Law Reform Commission, le No 2 de l’Assemblée nationale, le Deputy Speaker, Sanjeev Teeluckdharry, a été convoqué pour jeudi par la Commission d’enquête sur la drogue pour la même connexion Peroumal Veeren. Son nom avait été cité par Me Erickson Mooneapillay, faisant de Sanjeev Teeluckdharry la deuxième VVIP avec des liens au pouvoir politique.
Le Deputy Speaker deviendra le cinquième membre du barreau à être confirmé officiellement sur le radar de l’ancien juge Lam Shang Leen, et Raouf Gulbul le sixième selon toute probabilité.
Affaire à suivre…