Le défilé des témoins VIP devant la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge de la Cour suprême Paul Lam Shang Leen, prend une autre tournure en attendant que l’étape consacrée à l’audition des membres du barreau ne soit franchie. Après l’audition en début de semaine du limier de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) Shabeer Goolamgouse, qui sera vraisemblablement convoqué de nouveau pour une séance de contre-interrogatoire, la commission d’enquête s’apprête à confronter le tombeur du réseau de drogue de Gro Dereck, ce mécanicien toujours de blanc vêtu de Richelieu. En principe, l’inspecteur Assad Rujub, qui était à la tête de l’escouade de l’ADSU de Plaine-Verte, devait être convoqué incessamment. D’autre part, Navind Kistnah, le Star Witness-In-Waiting de l’ADSU dans l’enquête sur les deux saisies de mars dernier, soit 135 kilos et 20,34 kilos, se prépare déjà pour une prochaine audition devant la commission Lam Shang Leen.
 Entre-temps, son interrogatoire Under Warning à l’ADSU a repris cette semaine après une interruption vu les obligations professionnelles de ses conseils légaux, Mes Rama Valayden et Neelkant Dulloo, aux Assises.
Dans la conjoncture, tout semble indiquer cet officier de l’ADSU, proche de Sada Curpen, pourrait être de nouveau entendu par la commission d’enquête au sujet de ses propriétés immobilières. Mais à ce jour, aucune décision quant au timing de cette nouvelle séance de contre-interrogatoire n’a été arrêtée officiellement. Pour l’instant, l’ancien juge de la Cour suprême et ses deux assesseurs, l’ancien ministre Sam Lauthan et le Directeur des Medical Services au ministère de la Santé, Ravind Domun, se concentrent sur le dossier de l’inspecteur Rujub, jusqu’à tout récemment affecté à l’ADSU.
L’inspecteur Rujub était responsable de l’ADSU, qui avait procédé à l’arrestation initiale de Satish Dayal avec une vingtaine de kilos d’héroïne dans un bungalow dans le nord du pays. Les aveux de ce suspect, qui avait bénéficié d’une immunité contre des poursuites au criminel, avant d’être rattrapé dans un autre cas d’importation de drogue avec le suicide d’un policier suspect en cellule policière, devaient déboucher sur l’arrestation de Gro Dereck, soupçonné d’être le cerveau derrière ce réseau de drogue, opérant à partir de Richelieu.
L’inspecteur Rujub a été muté de son poste récemment pour avoir assisté à une cérémonie de mariage d’un des proches d’un trafiquant de drogue de la capitale. La commission Lam Shang Leen, qui a déjà entrepris un Money Trail dans les comptes de l’officier de police, tentera d’obtenir des éclaircissements sur des versements, dont un montant de Rs 400 000. Elle s’intéresse aussi aux moyens financiers dont dispose l’inspecteur Rujub pour ses études de droit, entre autres. Tout en exerçant au sein de la police, cet inspecteur a pu boucler des études universitaires pour devenir avocat. Des sources bien renseignées avancent que l’inspecteur Rujub pourrait être entendu très bientôt.
D’autre part, avant la conclusion de la tranche des auditions, la commission d’enquête pourrait également procéder à l’audition de Navind Kistnah sans porter atteinte à l’intégrité des enquêtes formelles déjà initiées par l’ADSU et l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) au sujet des importantes saisies de drogue effectuées conjointement dans le port par l’ADSU et la Custom Anti-Narcotics Team de la Mauritius Revenue Authority (MRA). Mais cette audition devrait se dérouler à huis clos devant la commission vu que les enquêtes sont « still on-going ».
Dans les rangs des conseils légaux assistant le Customs Broker de Petite-Rivière, l’on se dit conscient de cette éventuelle convocation par la commission d’enquête sur la drogue. Dans l’immédiat, ils se concentrent sur la reprise de l’interrogatoire de Navind Kistnah. Après une intervention chirurgicale mineure à l’hôpital Jeetoo lundi, Navind Kistnah a été de nouveau entendu hier après-midi par les limiers de l’ADSU en présence de Me Neelkant Dulloo. Le principal item à l’agenda était des documents douaniers (Bills of Lading) au nom de la société KUN Management Int Ltd pour le dédouanement de conteneurs dans le port de 2013 à 2015.
Les hommes du surintendant Sharir Azima ont voulu obtenir des informations sur des marchandises importées de même que l’identité des importateurs qui se sont prévalu de ses services de courtier à la douane. Une fois encore, il n’a trouvé mieux que de renvoyer la responsabilité d’une partie des importations des compresseurs sur le dos son associé Homunchul Ramdin, Missing depuis le 17 mars dernier. Concernant les deux bobcats placés sous séquestre aux Casernes centrales, Navind Kistnah a indiqué que sa compagnie a déjà reçu des commandes pour transporter par voie maritime des véhicules de construction de l’extérieur. Cependant, il n’a pu confirmer si ces deux bobcats auraient été utilisés dans le but de dissimuler de la drogue. D’ailleurs, les documents sur ce sujet ne sont pas très clairs car le destinataire a utilisé un nom fictif.
L’interrogatoire de Navind Kistnah devra reprendre en début d’après-midi.