En cette période de fin d’année, et avec la nouvelle tactique déployée par les trafiquants de drogue, la Mauritius Revenue Authority – qui opère de concert avec l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) – a redoublé de vigilance au département du Service Courrier. Ainsi, la quatrième opération de saisie de drogue a été bouclée hier avec la saisie de deux kilos d’héroïne, d’une valeur marchande de Rs 30 millions, et l’arrestation de deux suspects, alors qu’un troisième complice reste encore dans le collimateur de l’ADSU.
Cette opération antidrogue avait démarré le 5 décembre dernier avec la réception au Service Courrier d’un colis quelque peu particulier. L’élément qui a aiguisé la curiosité des responsables de ce département spécialisé de ce département de la Mauritius Revenue Authority, était que des équipements de sonorisation et de haute fidélité étaient reçus de Tanzanie à destination d’un habitant de Belle-Rose.
Un premier examen au scanner du colis ne devait donner aucun résultat quant au contenu et la MRA devait avoir recours à l’expérience d’un chien renifleur, baptisé Max, pour compléter le travail. Conclusion : le colis contenait bien de la drogue. Décision a alors été prise d’ouvrir le colis avec, pour résultat, la découverte de plusieurs sachets contenant de l’héroïne, lesquels étaient dissimulés dans un Equalizer et une table de mixage. En conformité avec le protocole en vigueur, le dossier a alors été transmis à l’ADSU pour une enquête, et ce dans la cadre de la Dangerous Drugs Act. Au bout d’une quinzaine d’enquêtes et de filatures, deux suspects ont été appréhendés par l’ADSU. Ceux-ci ont comparu devant le tribunal de Port-Louis pour une inculpation provisoire d’importation de drogue. Les directives données à la douane, au port et à l’aéroport demeurent de redoubler de vigilance face à des tentatives de déjouer le contrôle traditionnel de l’ADSU par les trafiquants de drogue.