Le patrouilleur Atsantsa, mis à disposition par le centre de surveillance des pêches de Madagascar, a fait une escale de deux jours à Maurice avec son équipage d’une vingtaine d’hommes, dont cinq inspecteurs des pêches, une équipe anti-piraterie et son commandant, le capitaine de frégate Mamy Rakotomanga. Le navire a quitté Mahajanga le 3 décembre pour une mission de surveillance des pêches en mer pour la Commission de l’océan Indien, mission couvrant l’Indianocéanie.
Le patrouilleur malgache Atsantsa a reçu la visite du Secrétaire général de la COI Jean-Claude de l’Estrac hier au large de Mahébourg.
L’équipage, après avoir hissé le pavillon de la COI, a reçu à bord le Secrétaire général, le chef de projet Xavier Nicolas, – qui dirige le Plan régional de surveillance des pêches (PRSP) –, le chef du projet Smartfish, Dominique Gréboval, et le chargé de mission Léon Razaka. Jean-Claude de l’Estrac a félicité le capitaine et son équipage pour leur « action de coopération concrète, où se partagent et se mutualisent le meilleur des compétences et des moyens des cinq États de la COI ». Et d’ajouter que ce dispositif, qui permet de protéger notre espace maritime indianocéanique, « nous est envié dans le monde entier ».
Les missions du PRSP durent entre deux semaines et un mois et visent à couvrir la totalité de l’espace maritime des pays membres de la COI, l’Union des Comores, la France–Réunion, Madagascar, Maurice et Les Seychelles, soit une zone maritime grande comme 2,5 fois la Méditerranée…
Depuis fin 2007, date du début du projet, les navires comme l’Atsantsa ont effectué plus de 1 000 jours de patrouille en mer et contrôlé des dizaines de bateaux de pêche en situation illégale. Le dispositif a aussi participé à sécuriser la zone maritime sur le risque de piraterie. Armés, les quatre patrouilleurs du PRSP ne sont cependant pas utilisés pour des opérations commando, mais plutôt pour instaurer en Indianocéanie un espace marin paisible et contrôlé, avec des ressources durables.
La surveillance des pêches en mer est indispensable, compte tenu de l’importance de ce secteur pour l’économie indianocéanique et pour les populations des nos îles. Cette année, les projets de la COI, PRSP et Smartfish fusionneront et continueront d’être présents partout dans la zone afin de protéger et de gérer les ressources halieutiques.