Le ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo, procédera jeudi matin à l’ouverture de la 20e Session plénière du Groupe de contact sur la piraterie au large des côtes de Somalie (CGPCS), qui se déroulera à l’Hôtel Intercontinental. Près de 200 représentants de 20 pays se réuniront à l’occasion.
Environ 200 participants venant de 20 pays, d’organisations internationales, de même que régionales (Union africaine, Union européenne, des agences de l’ONU…), ainsi que d’associations d’opérateurs maritimes et d’ONG, se réuniront jeudi à Maurice. L’objectif étant de délibérer des politiques à adopter et s’entendre sur un plan commun, afin de lutter contre la piraterie et rétablir la sécurité et la sûreté maritimes dans l’océan Indien occidental.
Après une longue période d’accalmie, des actes de piraterie ont été recensés au large des côtes somaliennes ces derniers mois. La réunion plénière du CGPCS — qui réunit l’ensemble des parties prenantes nationales, régionales et internationales présentes ou ayant des intérêts dans la région — sera l’occasion de revenir sur cette résurgence de la piraterie et de définir des plans d’action, notamment en Somalie, pour sécuriser durablement cet espace maritime d’importance.
En effet, il est estimé que 30 % du commerce maritime marchand international traverse l’océan Indien occidental. Des consultations seront conduites au sein de différents groupes de travail : le groupe ciblé sur le renforcement des capacités dans la région océan Indien ; le conseil de direction du Fonds fiduciaire des Nations unies ; le groupe ciblé sur le renforcement des capacités en Somalie ; le groupe de travail sur les opérations en mer/contre-piraterie maritime et opérations de mitigation.
« Malgré les avancées de la lutte contre la piraterie, le récent cas de piraterie qui a eu lieu en 13 mars 2017 contre le navire pétrolier Aris 13 rappelle combien il est important de rester vigilant et de soutenir les efforts collectifs pour assurer la sécurité sur les routes maritimes qui traversent l’océan Indien. À cet égard, il est important de rappeler à tous les membres du Groupe de contact l’importance du Fonds d’affectation spéciale pour soutenir les initiatives des États qui luttent contre la piraterie au large des côtes somaliennes », souligne l’ambassadeur des Seychelles, Barry Faure, également président du CGPCS.
Pour le secrétaire de la COI, Hamada Madi, la participation de la COI aux travaux du Groupe de contact offre l’opportunité de mieux coordonner les actions de lutte contre la piraterie avec celles de la communauté internationale, notamment avec les missions européennes et internationales déployées dans la zone.