Le ministère de l’Égalité des genres a lancé hier à Pailles le Shared Faith Belief Programme à l’intention des organisations religieuses. Celles-ci suivront une formation afin de mieux gérer les cas de violence domestique qui leur sont rapportés. « Dan Maurice, relizion ek bann sef relizie ena enn linfluans lor lavi boukou dimoun… Se pourkwa minister finn konsevwar enn program spesifik pou ranfors kapasite de bann kor relizie », a soutenu la ministre de tutelle Mireille Martin.
Le Shared Faith Belief Programme (SFBP), qui débute le samedi 13 avril, permettra à des organisations religieuses de se mobiliser et de renforcer leur capacité d’agir face à la violence domestique. Dans son discours hier à Pailles, la ministre de l’Égalité des genres a déclaré que le SFBP sera géré par la Family Unit de son ministère. « Noun finn osi solisit soutien Homa Mungapen ki azir antan ki fasilitatris de sa program-la », a dit Mireille Martin. Et d’ajouter : « Dan Maurice, relizion ek bann sef relizie ena enn linfluans lor lavi boukou dimoun. Zot langazman pou ed nou promouvwar enn sosyete lib de violans tre inportan. Tou relizion pron lape ek lape dan enn sosyete li komans par lape dan sak fami. »
21 organisations religieuses ont déjà signifié leur intention de suivre la formation proposée à travers le SFBP. « Nou esper form anviron mil partisipan disi lafin sa program-la le 25 novam kot nou pou observ la zourne internasyonal kont laviolans a legar de lafam », a précisé la ministre de l’Égalité des genres. Selon Mireille Martin, le programme permettra, entre autres, de faire un suivi plus complet des victimes. La violence domestique, a-elle ajouté, est un problème national. « Il faut encourager les victimes à se faire connaître. Avec l’aide des organisations religieuses, nous prendrons certainement connaissance d’encore plus de cas. »
De son côté, la représentante d’une organisation religieuse est d’avis que « la formation doit comprendre un module sur les jeunes car nous constatons beaucoup de violence parmi cette population ». « Il y a d’ailleurs plusieurs jeunes mariées qui sont victimes de violence physique, souvent parce que leurs époux sont jaloux… Il est important de surveiller de très près ce problème », explique-t-elle.
Les organisations religieuses intéressées à participer au SFBP doivent remplir un formulaire d’inscription disponible sur le site internet du ministère : http://gender.gov.mu. Selon Mireille Martin, son ministère fera un suivi après la formation en vue de s’assurer que les victimes reçoivent l’aide nécessaire. « Nou atann osi aski zot vinn de lavan par la swit avek bann propozisyon konkret lor kouma zot pou servi bann teknik ki zot finn aprann pou : detekte bann ka potansyel dabu ; ankouraz denonsyasyon ; dekouraz bann atitid violan… », a conclu la ministre.