Ils seront trois lutteurs à défendre les couleurs mauriciennes au Scottish Exhibition and Conference Centre à Glasgow. Si Gilbert Emilie et Cédric Adroit ont préparé cette échéance des Jeux du Commonwealth au Centre de lutte à Vacoas, Guylian Bandou avait de son côté bénéficié d’un stage de la Fédération internationale de lutte à Thiers au Sénégal. Reste que les trois compétiteurs sont habités de cette envie de se surpasser, comme pour réaliser une meilleure prestation que lors de la dernière édition tenue en Inde.
Gilbert Emilie, capitaine de la délégation mauricienne, en sera à sa deuxième participation à cet événement d’envergure. Dans la capitale indienne, il s’était retrouvé à la sixième place. Depuis, il a gagné en maturité, comme en témoignent ses succès en Mixed Martial Arts et en compétition de croche. « J’aborde cette présente compétition avec beaucoup plus d’expérience. Je connais donc le niveau et c’est pourquoi je demeure confiant de pouvoir me retrouver sur le podium ».
De son côté, Cédric Adroit en sera à son baptême du feu aux Jeux du Commonwealth, lui qui s’était retrouvé sur la troisième marche du podium lors des championnats d’Afrique juniors voilà deux ans. À cet échelon supérieur, il veut également se retrouver sous le feu des projecteurs. « La préparation a été intense depuis déjà un an. De ce fait, je m’attends à des résultats positifs, avec cette envie de faire honneur au pays ».
Quant à Guylian Bandou, il tentera de faire valoir son expérience acquise à Thiers. Et ce, même s’il n’a pas particulièrement brillé lors des derniers championnats d’Afrique juniors tenus en Égypte. Évoluant en style gréco-romain, il avait concédé quatre défaites en autant de combats. Toutefois, l’entraîneur national, Antonio Deux-Novembre, s’attend que Bandou rectifie le tir cette fois. « Avant son départ pour le Sénégal, il avait démontré un certain potentiel. S’il affiche la même détermination à Glasgow, il pourra tirer son épingle du jeu ».
Reste que l’ancien lutteur, qui avait participé aux championnats d’Afrique et aux Jeux d’Afrique vers la fin des années 1980, affiche la satisfaction quant à la préparation de Gilbert Emilie et Cédric Adroit. « Avec des séances de footing en matinée, et la musculation et les séances techniques en soirée, nul doute que la préparation a été adéquate. Avec cet accent placé sur l’endurance et la rapidité, ils se sont mis à fond et seront prêts pour la bataille ».
Antonio Deux-Novembre reconnaît également l’aide apportée par Frédéric Rubio, expert de la fédération internationale. « Sa présence lors des stages ont permis d’être au courant des nouvelles techniques. Son apport a constitué un plus ». Autant d’éléments positifs qui le poussent à croire que des places sur le podium ne constituent pas une utopie. La lutte mauricienne pourra-t-elle retrouver son lustre d’antan ?
La délégation mauricienne
Lutteurs : Guylian Bandou (-60 kg), Cédric Adroit (-65 kg) et Gilbert Emilie (-74 kg)
Entraîneur : Antonio Deux Novembre