Le couperet est tombé sur la Fédération mauricienne de Lutte, autrement connue comme la Mauritius National Wrestling & Allied Games Association, depuis le 18 novembre dernier. En effet, par le biais d’un courrier signé Rajen Descann, au nom de l’acting Permanent Secretary, la FML a été informée que sa «financial assistance» a été suspendue. La raison évoquée par le ministère de la Jeunesse et des Sports: la décision de la direction de ladite fédération de ne pas respecter une décision prise par le Registrar of Associations qui a déclaré «not in order» la position de la FML de ne pas donner au Central Flacq, Sumo Wrestling, FILA Wrestling, Body Building, Tug of War & Allied Games Club son affiliation.
«The attention of this Ministry has been drawn to a ruling of the Registrar of Associations that the decision of the Mauritius National Wrestling & Allied Games Association not to accept the annual subscription of the  ‘Central Flacq, Sumo Wrestling, FILA Wrestling, Body Building, Tug of War & Allied Games Club’ on the ground that Mr Parsad  Balkissoon in forming part of the said club is not in order. The Ministry considers that the decision of the Registrar of Associations shoud be respected» peut-on lire dans la lettre qui a été envoyée au président de la FML, Richard Papi.
Sur ce, le MJS indique à ce dernier que la décision a été prise de suspendre toute aide financière «pending the acceptance by your Association to honour  the ruling of the Registrar of Associations». On se souviendra qu’effectivement le 3 octobre dernier, une lettre émise par le Registrar of Associations – instance qui régule toutes les associations à Maurice – et signée par Harry Hookoom avait indiqué que la décision de la fédération de lutte ne pouvait s’appuyer sur le fait que Parsad Balkissoon soit membre de ce club flacquois pour priver à ce dernier une affiliation à la FML.
Est-ce que cette dernière obtemperera ou allons nous vers un énième conflit au sein de la lutte mauricienne, qui n’existe à bien des égards que par le biais des situations conflictuelles? Les démarches de Week-End pour avoir la position du président de  cette fédération se sont avérées vaines depuis vendredi.
 Une affaire qui dure depuis 2008
 Cependant la nouvelle position du MJS vient mettre en exergue le fait que cette affaire de refus d’affiliation au club de Parsad Balkissoon remonte à 2008. D’autant plus que cette décision de la FML touche deux clubs dans la région de Flacq, connu dans le passé pour avoir produit des lutteurs de qualité.
Cette décision de la FML de rayer d’un trait de plume la vie de ces deux clubs flacquois et par ricochet à un sport dans cette partie de l’île est liée, sans aucun doute possible, à la suspension de celui qu’on appelle l’homme de Flacq (alors secrétaire de la FML) de toutes les instances fédérales en novembre 2008 pour une histoire de lettre écrite sans autorisation du comité, aux différentes instances sportives du pays.
Cependant cette histoire de suspension et de non affiliation se présente comme un dossier pas clair et net au sein même de la Fédération mauricienne de Lutte. Alors que depuis 2008, le  Central Flacq, Sumo Wrestling, FILA Wrestling, Body Building, Tug of War & Allied Games Club n’a pas obtenu d’affiliation de la fédération, voilà qu’une lettre en date du 18 octobre 2011 et signée par le trésorier de la FM, Joël Antionette, indique cette fois que le club de Parsad Balkissoon «has been suspended on 6 octobre 2011».
Comment un club qui n’a pas d’affiliation depuis …4 ans peut être suspendu? D’autant plus que Joël Antoinette avance dans sa lettre que les raisons sont (a) que ladite club ne pratique pas la lutte comme «core activity» et (b) que le fils Balkissoon a dit à un expert de la FILA (Frederic Rubio) que le club ne fait que du sumo et du body building. Décidément , les «earsay evidences» sont actuellement à la mode au sein de notre mouvement sportif.