Alec Albert n’a pas été inclus dans la délégation de lutte

Des rumeurs circulaient au cours du week-end dernier à l’effet que les lutteurs rodriguais, sélectionnés pour les Jeux d’Afrique n’effectueraient pas le déplacement. La raison invoquée était que l’entraîneur du comité régional de Rodrigues, Alec Albert, n’avait pas été inclus au sein de la délégation. Au bout du compte, Katouskia Periadaven et Rosario Meunier sont arrivés à Maurice. Ils intégrènt le dernier groupe du Club Maurice qui met le cap sur le Maroc cet après-midi.

Au niveau du comité régional, on se dit déçu de cette action prise à l’encontre d’Alec Albert, qui agissait comme entraîneur national de 2007 à 2012 et qui n’avait également pas été du voyage à Gold Coast l’année dernière dans le cadre des Jeux du Commonwealth, d’autant que Rosario Meunier avait obtenu une honorable cinquième place. Toutefois, au niveau de la fédération locale, on s’appuie sur les règlements qui stipulent qu’une délégation d’au moins six personnes doit être accompagnée de deux entraîneurs, dont une femme si la sélection comprend une lutteuse. Or, le quota imposé pour ces Jeux d’Afrique a été de quatre lutteurs, un entraîneur et un arbitre.

De ce fait, les dirigeants de la fédération ont fait appel à l’entraîneur national, Vishwanaden Veeren, et à l’arbitre Ally Hossanee, de même qu’aux lutteurs émanant de trois comités régionaux considérés comme les plus performants, soit Quatre Bornes (Frédéric Marianne), Rivière-du-Rempart (Guylian Bandou) et Rodrigues. Ce nouveau conflit ne peut sans doute que corser les relations déjà tendues entre la fédération locale et le comité régional de Rodrigues.