Alors que le stage de niveau 1 pour entraîneurs de lutte bat actuellement son plein à Vacoas, l’absence de cette discipline à la prochaine édition des Jeux des îles demeure un sujet de préoccupation. L’expert de la Fédération internationale des luttes associées (FILA), le Français Frédéric Rubio, basé à La Réunion, tire la sonnette d’alarme. Codirecteur de ce stage en compagnie du Camerounais Eric Ciake, il s’attend que les autorités reviennent sur leur décision.
Vieille connaissance de la lutte mauricienne, Frédéric Rubio se dit très concerné par cette absence. « Cela fait la troisième édition consécutive que cette discipline ne sera pas présente aux JIOI. Cela n’est pas favorable à l’image de la lutte. Tout était ficelé pour l’obtention de résultats positifs, mais tout cela devient démotivant. D’autant qu’il n’existe pas d’objectifs précis. » Toutefois, Frédéric Rubio ne veut pas désespérer, s’attendant à un revirement de situation. « Le niveau est accessible pour les Mauriciens. Ils auraient pu sans problème tabler sur cinq médailles d’or », insiste-t-il.
Toujours est-il que l’expert de la FILA se dit satisfait de la participation à ce stage, dont la cérémonie d’ouverture s’est tenue dimanche dernier. « C’est un programme particulier de niveau 1 sur cinq jours et nous leur donnons les bases d’enseignement fondamental. Chacun y participe avec son bagage, car nous voulons que les futurs entraîneurs soient le mieux formés possible. »
Quant à Eric Ciake, il avoue avoir sous la main « des gars volontaires. » Exilé en Angleterre, celui qui s’occupe de l’encadrement technique dans ce pays se veut être à l’écoute des stagiaires. « Nous voulons leur donner les outils nécessaires afin qu’ils puissent détecter et former des jeunes lutteurs », laisse-t-il entendre.
Ce sera d’ailleurs dans le pays d’origine d’Eric Ciake que se dérouleront les prochains championnats d’Afrique cadets et juniors. Il se dit heureux de la montée en puissance de cette discipline au Cameroun, avec la qualification de trois lutteuses pour les Jeux Olympiques de Rio. D’autres pourraient décrocher leur qualification à travers un tournoi mondial prévu en Georgie.
Il est à noter qu’Alec Albert, entraîneur du comité régional de Rodrigues, participe également à ce stage, en compagnie de quatre de ses poulains, à savoir Jean-Daniel Édouard, Ivan Raphaël, Nathalia Guillaume et Marie-Andila Prudence. Ce stage s’achèvera vendredi et sera ponctué par des examens.