Vous connaissez Instagram, le réseau social des férus de photo. Mais qu’en est-il de l’Instameet ? C’est tout simplement le rassemblement d’utilisateurs d’Instagram, lequel a eu lieu samedi au Lux* Belle-Mare. Entre clic et déclic, des centaines de photos immortalisant ce moment unique ont été répertoriées via le réseau social…
Ces férus de photo mobile ne se connaissent que sous leurs pseudonymes et virtuellement. Les photos, prises et postées sur Instagram en un rien de temps, parlent de leur vie, d’un endroit, de mode, de nourriture… Et pour les illustrer, pas de grands discours, une petite légende suffit. Karen King, Caroline Gaud, Émilie et Claire Benoît ou Anatolie Sophie font toutes partie de ce petit clan. Instameet… Tout est dans l’attitude, le regard à l’affût et dès qu’elles ont un petit coup de coeur, elles enclenchent la caméra. Ces filles flashent pour Instagram. Pour Anatolie Sophie, qui a choisi d’immortaliser les belles vues, c’est un réseau émotionnel qui démarre par une approche créative. « On choisit son angle, on fait la photo qui nous inspire et on l’envoie. » Instameet, Instawall, Instaballade, elles déballent tout l’attirail du parfait connaisseur. Pour être Instameet, il ne faut pas avoir une vision sectaire, mais tout simplement savoir partager sa passion. C’est le cas pour le mannequin Laeticia Darche Sauzier qui a choisi de poster son vécu sur Instagram : « J’aime parler de ma vie au quotidien. Je mets en relief le Lifestyle. » Quant aux soeurs Émilie et Claire Benoît, ce sont les plages qui les inspirent, de même que les endroits de découvertes de notre île profonde. « On parle toujours de voyager alors qu’on oublie que Maurice est un trésor. Elle renferme des richesses en termes d’endroits et pour un Instameet, c’est un moment privilégié de poster des photos d’endroits insolites et des vues imprenables », avance Émilie.
Ils étaient une vingtaine à se rencontrer samedi au Lux* Belle-Mare, le smartphone à portée de main et prêts à immortaliser ce moment dit « unique ». Les Instameets avaient pour mission d’envoyer le maximum de photos de leur journée. Caroline Gaud, Marketing Communication Manager, explique que ce concept Instameet est connu dans le monde entier. « On avait eu une première rencontre à l’Île aux Deux Cocos l’an dernier et c’était l’occasion de se connaître. On veut maintenant élargir le groupe et échanger nos expériences. Ce qu’on recherche dans cet échange de partage, c’est la qualité des photos postées et le profil des Instameets. Chacun a sa vision et son concept de shooting. On a le food photographer, le style photographer. Instagram étant un social media, l’info est obtenue assez rapidement. »
Vous l’aurez compris, les Instameets ont trouvé un marché niche pour se faire connaître et comme l’explique Anatolie Sophie, « on n’a pas besoin de s’identifier au départ, ni sous son véritable nom, ni même mettre sa photo. Moi, j’ai démarré sous un pseudo et vu le succès que génèrent mes photos, j’ose à présent sortir de l’ombre et me faire connaître. » Cette bande d’Instameets mauriciens a pour mission de révéler aux internautes les meilleures photos de Maurice. Catherine Gaud souligne que partout dans le monde il existe ce genre de rassemblement. « C’est le réseau social à la mode avec des millions d’initiés, passionnés de photographie, de nature, de culture, d’oeuvres d’art. On est parvenu à créer un réseau de passionnés du virtuel. Mon message est lancé… Faites-vous connaître pour votre approche et votre sensibilité artistique. Ici, chaque photo est faite dans de l’émotionnel. Certainement, il y aura d’autres rencontres et dans d’autres endroits. »