Le “strike ballot” tenu hier à l’hôtel LUX* de Grand-Gaube a vu la participation de 190 employés, dont 161 sont en faveur de la grève. La Fédération des Travailleurs unis (FTU), qui a organisé cet exercice, sous la supervision du ministère du Travail, souligne « avoir eu le feu vert pour la grève et enclenchera les procédures en ce sens dès aujourd’hui ». Toutefois, le vote a été marqué par une controverse sur la liste soumise par l’employeur. Celle-ci comprend plus de 400 personnes, ce que conteste le syndicat.
Le litige entre Le Grand-Gaube and Other Hotels and Restaurants Staff Union, affiliée à la FTU et le management de LUX* de Grand-Gaube, porte sur une augmentation des salaires. Les négociations ont commencé en 2013. Selon la fédération, les deux parties se sont retrouvées devant un “deadlock”, nécessitant un recours à la Commission de Médiation et de Conciliation. Le syndicat reproche toutefois à la direction d’avoir « contourné les négociations et offert une augmentation de 2 à 3 % à l’ensemble des employés ».
Alors que l’Employment Rights Tribunal (ERT) était une option, le syndicat a opté pour un “strike ballot”. Une réunion spéciale a alors été organisée pour expliquer les raisons de cet exercice aux employés. Le vote s’est tenu hier, dans une salle de conférences de l’hôtel, de 11 h à 16 h 30. Sur les 190 employés ayant voté, 161 se sont prononcés en faveur de la grève, 28 autres ont voté contre, tandis qu’un bulletin a été déclaré nul. Cet exercice s’est déroulé sous la supervision du ministère du Travail, en présence des représentants du syndicat et de la direction.
Pour Atma Shanto, de la FTU, ce résultat démontre que le « oui » l’emporte. « À partir de là, nous allons enclencher les procédures pour la tenue de la grève. Nous informerons le ministère et la date de la grève sera fixée dans les jours à venir. » Le dirigeant syndical félicite également tous ceux qui ont voté, estimant qu’ils ont bien compris le message.
Cependant, au niveau de la direction, un porte-parole fait valoir que le nombre d’employés s’élevait à 402 personnes. « Ce qui fait que moins de 50 % des employés ont participé au vote ». Le management de LUX* de Grand-Gaube fait aussi valoir qu’« une augmentation cumulée de 17,5 % a été accordée depuis 2013, contrairement à ce qu’est dit ». Le syndicat conteste toutefois la liste soumise par le management. « Il y avait une liste initiale de 434 employés, incluant des managers et chefs de département. Nous insistons pour que seuls les employés concernés par ce litige soient pris en considération », dit Atma Shanto. Il reviendra au ministère du Travail de trancher sur cette controverse. Il nous revient que le rapport sur l’exercice d’hier n’est pas encore prêt.