Le groupe hôtelier Lux* Resorts a enregistré pour le premier semestre de son exercice financier 2013-2014 des profits de l’ordre de Rs 127 millions, soit une progression de 327% par rapport à sa performance pour la période correspondante de 2012-2013. Le chiffre d’affaires de juillet à décembre 2013 s’est élevé à Rs 2 milliards, en progression de 13% comparativement au niveau atteint pour la même période de l’année précédente.  
Le groupe Lux* Resorts, qui publie aujourd’hui ses comptes pour le dernier trimestre de 2013 ainsi que pour les premiers six mois de son année financière, annonce un niveau d’EBITDA (revenus avant intérêts, taxes, dépréciation et amortissement) – indicateur de son efficacité opérationnelle – de Rs 400 millions, soit une augmentation de 11% par rapport au niveau réalisé pour le premier semestre de l’exercice financier 2012-2013. « Cette bonne performance, Lux* Resorts l’attribue à son plan de croissance, le “Lux* 2016 Strategic Plan », mis en place pour les trois prochaines années, indique la direction dans un communiqué de presse.
Les résultats montrent que le taux d’occupation pour le trimestre dernier demeure inchangé par rapport à 2012, soit à 74%, alors que les revenus par chambre disponible (“RevPar”), se sont accrus de 7% grâce à une augmentation du prix moyen. Lux* Resorts fait état de la bonne performance de ses hôtels aux Maldives et à Maurice, soit une hausse de 23% et de 15% respectivement, des revenus par chambre disponible, comparé à la même période en 2012. Les hôtels du groupe à La Réunion ont, quant à eux, enregistré une baisse de 1% du “RevPar” au 31 décembre 2013 à la suite d’une baisse des arrivées touristiques en provenance de France.
« Le tourisme local a atteint les objectifs fixés, malgré une baisse des arrivées en provenance de France. L’année financière se terminant au 30 juin 2014 a très bien commencé, tant sur le plan financier, avec une hausse de 13 % de nos revenus et une progression de 43% des profits opérationnels pour le semestre se terminant le 31 décembre 2013, que sur le plan humain, avec énormément d’accent mis sur la formation et le développement de notre personnel », déclare Paul Jones, CEO du groupe Lux* Resorts. Ce dernier juge la performance semestrielle « très satisfaisante », surtout au vu de la progression du nombre d’arrivées en provenance du Royaume-Uni et des marchés émergents, tels la Chine.  
La direction de Lux* est d’avis que l’environnement économique global est en train de s’améliorer et qu’il y a lieu d’être « plus optimiste » et « d’envisager des perspectives plus favorables » en termes de croissance future du secteur touristique globalement. Cependant, elle fait aussi remarquer que parmi les principaux marchés de Maurice, la France est dans une situation de reprise lente, d’où l’incertitude prévalant sur ce marché. Pour le groupe hôtelier, le nouveau vol TUI UK, qui sera opéré par un Dreamliner à partir d’avril 2014, devrait contribuer à une croissance des arrivées, surtout en basse saison. De plus, le vol quotidien d’Emirates avec l’A380, introduit en décembre 2013, a eu l’impact positif attendu sur les arrivées touristiques. Lux* dit accueillir favorablement l’introduction prochaine d’une liaison aérienne Turquie-Maurice par la compagnie Turkish Airlines. Le groupe préconise des vols réguliers en direction de Moscou en vue d’attirer les touristes russes. Il estime également que Maurice doit se focaliser sur le marché chinois, qui est « the most attractive market in terms of potential  to rapidly grow the number of arrivals ».
Dans les milieux de Lux*, on est d’avis que le nombre de visiteurs ne peut qu’augmenter que s’il y a une amélioration substantielle au niveau de la connectivité. Et, dans cette optique, le groupe souhaite une meilleure collaboration entre les diverses parties prenantes de l’industrie touristique afin de mieux promouvoir la destination.
La direction de Lux* indique que les réservations et taux d’occupation pour la période janvier-mars 2014, et même pour le trimestre se terminant en juin 2014, sont plus élevés que ceux des périodes correspondantes de 2013. A condition que l’environnement opérationnel ne se détériore pas, le groupe anticipe une hausse importante de ses bénéfices pour l’ensemble de l’année financière 2013-2014.