Après un mois de protestation, la situation se stabilise au Lycée Polytechnique Guy Forget. Après leur rencontre avec le ministre de l’Éducation, les étudiants ont finalement accepté que le Mauritius Institute of Training and Development continue d’assurer la gestion de leur établissement. Vasant Bunwaree leur a annoncé que des démarches sont en cours pour donner une nouvelle impulsion au Lycée polytechnique de Flacq en termes d’équipement, de cursus et de formation. Les jeunes reprennent les classes aujourd’hui et des cours de rattrapage sont prévus.
Le ministre de l’Éducation a assuré samedi les étudiants du Lycée Polytechnique Guy Forget que leurs doléances seront traitées avec « tout le sérieux nécessaire ». Vasant Bunwaree a promis de faire diligence pour que des problèmes soulevés soient réglés rapidement, dans la mesure du possible.
Dans son communiqué émis samedi, le ministère de l’Éducation indique que des autorités françaises ont déjà été consultées depuis août 2010 et que des négociations sont en cours pour l’élaboration d’une nouvelle « convention de coopération ». Une délégation composée d’un inspecteur de l’éducation nationale française et d’un professeur/chef de travaux de l’Académie de La Réunion, a souligné Vasant Bunwaree, était d’ailleurs à Maurice en août dernier pour la rénovation de la voie professionnelle. Un premier rapport de cette délégation a aussi été soumis et le suivi est en cours.
Un expert français sera en visite la semaine prochaine pour faire un état des lieux des facilités existantes et revoir le cursus afin d’aller vers une modernisation du lycée. Les étudiants et leurs parents en seront tenus informés. Le ministre de tutelle a aussi mis en place une ligne de communication directe entre les élèves du Lycée polytechnique et son bureau en attendant la mise sur pied d’un Students’ Council en bonne et due forme.
Soutenant qu’ils veulent une preuve écrite de ce qui a été discuté à la réunion avec le ministre de l’Éducation, certains étudiants étaient réticents à retourner en classe. Les porte-parole ont cependant réussi à les convaincre de reprendre les classes under protest. « Nous comptons demander à Vasant Bunwaree une lettre officielle de ce qui a été discuté samedi », souligne Islam Fadil. Concernant la gestion de leur établissement, le porte-parole soutient que « les étudiants acceptent que le Mauritius Institute of Training and Development continue à gérer leur établissement car le ministre nous a fait comprendre que nous ne serons pas pénalisés ».
Par ailleurs, les élèves, dont les cours de rattrapage débutent dès aujourd’hui, disent attendre que le ministre de tutelle prenne en considération dans les plus brefs délais leurs doléances concernant l’administration de leur lycée.