Jusqu’à hier matin le ministère de la Santé avait l’intention d’amender la Medical Council Act pour ne pas rendre obligatoire la présentation des diplômes originaux pour l’enregistrement des médecins étrangers
Dans sa réponse à une interpellation parlementaire de Satish Boolell hier soir sur la dotation budgétaire du Medical Council, le ministre de la Santé a laissé entendre qu’il n’y aura aucun changement dans les règlements pour l’octroi du Certificate of registration aux médecins étrangers. « They will have to present all their qualifications to MC », a-t-il affirmé. Une nouvelle qui réjouit depuis ce matin l’ensemble du Conseil de l’Ordre des Médecins.
Le MC s’est toujours opposé à la démarche du gouvernement, qui lui avait fait part de son intention de changer la loi en vue de faciliter l’enregistrement des médecins étrangers. Hier soir, au parlement, Satish Boolell a demandé à Lormus Bundhoo si la nouvelle enveloppe budgétaire pour le MC que les députés étaient appelés à voter impliquait des projets d’amendements à la Medical Council Act. Le ministre de la Santé lui a répondu que des changements sont prévus à la Medical Council Act dans le but de mettre cet organisme au diapason de ce qui existe ailleurs et que les autorités sont en train de finaliser des propositions d’amendement. Le député du MMM a alors demandé si ces changements envisagés concernaient également l’enregistrement des médecins généralistes et spécialistes étrangers, et si tel était le cas, est-ce que cela voudrait dire qu’ils n’auraient plus à présenter obligatoirement leurs qualifications universitaires. Mais le ministre lui a répondu, sur un ton net, que ce n’est pas vrai et que ces médecins étrangers « have to submit their qualifications ». Ainsi, quelques médecins spécialistes étrangers qui n’ont pas encore obtenu leur “registration” car n’ayant pas présenté leurs diplômes académiques, devront le faire dans les jours qui viennent s’ils veulent exercer dans le pays.
Il est bon de savoir que le ministère de la Santé avait bel et bien présenté officiellement au Medical Council une copie du draft de l’amendement à la loi que le ministre de tutelle s’apprêtait à présenter incessamment au Parlement (voir Le Mauricien d’hier). « Le ministère nous a déjà envoyé le draft de cet amendement à la loi et nous lui avons déjà fait connaître notre réponse. Définitivement, ce changement aurait créé des protestations et des frustrations parmi tous les médecins, privés et d’État confondus. Nous sommes heureux que le gouvernement soit revenu à de meilleurs sentiments et nous prenons note de la déclaration du ministre Bundhoo au parlement », dit un dirigeant du Conseil de l’Ordre des Médecins. Cette instance attend maintenant de prendre connaissance des amendements à la Medical Council Act annoncés hier par le ministre de la Santé.