Le trajet du métro léger, envisagé entre Curepipe et Port-Louis dans une tentative d’apporter des solutions aux problèmes de congestion routière, pourrait être différent de celui envisagé jusqu’ici, soit le Old Railway Track. Ce réalignement du tracé pourrait également déboucher sur un métro léger aérien, notamment construit sur pilotis, sur certains tronçons. C’est ce qu’a appris Week-End de sources autorisées à la veille de l’arrivée des consultants de Singapour pour la reprise des discussions avec les autorités mauriciennes. Par ailleurs, le projet d’introduction du péage sur des routes fait face à de la résistance dans certains milieux, même si les Toll Roads ont déjà été identifiées par le ministère de l’Infrastructure publique.
L’une des principales difficultés à surmonter dans l’élaboration du projet de métro léger demeure le tracé. Les échanges préliminaires entre les experts de la Mass Rapid Transit (MRT) de Singapour et le Prime Minister’s Office ont permis de dégager le consensus que le tracé entre Curepipe et Port-Louis devra être réaligné et cela pour plusieurs raisons, notamment au niveau des régions à desservir ou encore d’organisation spatiale.
« Il est vrai que le projet de métro léger est in the pipeline depuis au moins 20 ans. Mais s’est-on rendu compte que le Old Railway Track entre Curepipe et Port-Louis comporte de lourds handicaps. Ce tracé était axé sur un single lane seulement et que le métro léger ne pourra opérer que sur une seule voie. Il faudra acquérir du terrain tout au long du tracé pour viabiliser la circulation sur deux voies », souligne-t-on dans les milieux concernés.
Ensuite, le tracé du Old Railway Track avait obéi à des considérations économiques et développements urbains complètement différents de l’urbanisation que connaît le pays aujourd’hui. À titre d’exemple, après Beau-Bassin en direction de Port-Louis, la ligne ferroviaire fonçait sur Petite-Rivière. Aujourd’hui, l’adoption de ce tracé passera à côté des développements survenus dans des agglomérations au centre de l’île.
Dans cette perspective, il a été décidé que les experts de Singapour, qui sont attendus à Maurice vers la fin de cette année, se sont vu confier la responsabilité de proposer un tracé revu et corrigé entre Curepipe et Port-Louis. Compte tenu des contraintes spatiales, la possibilité que le métro léger soit aérien, ou encore construits sur pilotis à certains endroits, n’est pas à écarter. À ce stade, en attendant les propositions des Singapouriens, les options restent ouvertes.
Au début de l’année prochaine, l’expertise de la Mass Rapid Transit de Singapour sera également sollicitée pour d’autres volets de ce projet, soit l’étude de faisabilité de l’ensemble du projet, le Design Engineering et la préparation des documents et la supervision pour l’expression of interest pour le métro léger. Le calendrier de travail préliminaire établi indique que cette expression of interest sur la base de Public Private Partnership (PPP) pourrait être lancée au plus tôt vers la fin de l’année prochaine.
Par ailleurs, le consensus et l’unanimité se font toujours attendre pour le projet d’introduction du péage sur les principales routes mauriciennes. « Akoz Rs 50, pou gagn Rs 100 l’emmerdement », affirment ceux qui sont réticents à des changements dans les habitudes des conducteurs mauriciennes. Face à ces réfractaires, l’autre camp cite le cas du Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport où le péage fonctionne comme sur des roulettes.
Néanmoins, cette dernière poche de résistance au péage n’a pas pour autant empêché le ministère de l’Infrastructure publique d’aller de l’avant avec les procédures préliminaires. Les six Toll Roads identifiées sont :
la Ring Road ceinturant la capitale ;
la Dream Bridge enjambant le port ;
l’autoroute de Phoenix à Port-Louis ;
l’autoroute entre Terre-Rouge et Port-Louis ;
la nouvelle route Terre-Rouge — Verdun — Ebène et ;
l’extension de cette route à Phoenix.
En cas de mise à exécution de ce projet, les guichets de péage devront être installés à Saint-Jean, Terre-Rouge, Mer Rouge, Caudan, Quai D, Sorèze, Verdun et Phoenix. Un des derniers rapports du Fonds monétaire international sur le problème de congestion routière a recommandé que le péage soit fixé à Rs 20 par kilomètre parcouru dans la toll belt, balisée par Phoenix au Sud, Terre-Rouge au Nord, Verdun à l’Est et le Harbour Bridge à l’Ouest. Pour l’instant à l’hôtel du gouvernement, la consigne semble « we’ll cross the bridge when we’ll reach it ».