Depuis quelque temps, une publication hippique concurrente, qui défie les lois du marché, mène une campagne mensongère d’une bassesse inqualifiable à notre égard qui va jusqu’à mettre en exergue des défauts physiques que la nature nous a imposé et impliquant notre père, décédé il y a déjà 24 ans. Cette campagne diffamatoire qui est à la hauteur des mercenaires qui l’animent et ceux de leur gourou a un objectif clair : porter atteinte à mon intégrité et à ma crédibilité mais surtout me faire taire à tout prix. À cette enseigne, si par le pur des hasards, il nous arrivait un quelconque malheur, nous tiendrons Michel Lee Shim et tous ses loups dont ses hauts serviteurs de l’État pour responsables. Prenez donc acte !
Personne n’est à l’abri de la critique et nous serons les derniers à faire preuve de fair play si nous ne l’acceptions pas lorsqu’il est exercé dans les règles. Mais il n’y a dans ces diatribes point de débats et de critiques sur ce que nous dénonçons et approuvons. Par contre, il y a de la vomissure et des calomnies de bas étage qui ne répondent en rien à ce que nous mettons en exergue dans ces colonnes concernant les travers de l’industrie hippique et du monde du jeu et de ces éventuels répercussions sur la jeunesse mauricienne. Mais peut-on s’attendre à mieux de la part de vils personnages qui n’ont en tête qu’à se servir de l’État, pour accroitre leurs richesses personnelles et financer ceux qui lui facilitent les choses, en restant toujours dans l’ombre en utilisant des prêtes-noms en permanence.

• Qu’on se le dise nous ne nous tairons point.
Comme dirait Florent Pagny, vous n’aurez pas ma liberté de penser et comme il le dit si justement il vaut mieux vendre son âme au diable, car avec lui au moins, on peut discuter et s’arranger…
• Sur quoi veut-on nous faire taire ?
Sur le fait qu’au moment où le gouvernement tente de faire évacuer les 8 bookmakers de la campagne vers le Champ de Mars, les 570 points d’opérations de la galaxie Lee Shim sont en train de s’équiper de machines à sous, à paiement limité à Rs 5 000, dans tous les coins et recoins de l’île.
• Que la GRA de Dev Bheekary et d’autres instances de l’État ont établi un ‘fast track system’, pour faire approuver les permis d’opération de cette galaxie alors que dans le même temps, les demandes de la concurrence, Stevenhills, ASL, GSL et d’autres croupissent dans les tiroirs. Le dernier en date concerne le cafouillage de la permission accordée à Stevenhills, pour le cashless betting, puis bloquée quelques jours plus tard à un plus haut niveau
• De nombreuses tentatives pour limiter les outlets de ces compagnies qui ont pignon sur rue, depuis quelques temps maintenant
• Les revers à répétition de la GRA sur sa politique discriminatoire à l’encontre de ses propres licenciés et la politique des coûts des licences qui sont largement disproportionnés et tendent à favoriser les activités des compagnies proches de Michel Lee Shim.
• Les conditions dans lesquelles les loteries de ces compagnies ont été octroyées sur ordre par téléphone et comment on est passé du jour au lendemain, du papier à la loterie électronique et comment on est revenu à une offre mixte papier et électronique, quelques jours plus tard.
• Il y a derrière tout cela matière à enquête de l’ICAC et de la MRA mais ces instances là aussi sont étrangement lentes, à réagir à ce niveau. Pourtant, les plaintes ne manquent pas.
• Enfin, les visées de cette galaxie sur le monde hippique mauricien. Après la tentative ratée de créer son propre hippodrome, celle d’importer tous les coursiers de l’île il y a quelques années, c’est une politique d’acharnement sur le MTC qui est exercée pour que celui-ci se plie aux exigences du l’État et de SMSpariaz qui voudrait redorer le blason de son Fixed Odd Betting.
Il y a sans doute, dans ce chapelet de visées expansionnistes dans le monde du jeu et de l’hippisme mauricien, d’autres éléments que nous ignorons pour l’heure. Mais la vérité finit toujours par éclater et la boule finit par tourner. On verra alors les dégâts causés par ces faveurs obtenus pour avoir contribué au sauvetage des princes du jour et financer leurs arrivées et éventuels maintien au pouvoir.
Signalons en passant que si les questions parlementaires concernant la GRA et l’hippisme mauricien sont de bon aloi, les réponses du PM sont surprenantes et le sont encore plus la méconnaissance des dossiers par les représentants de l’opposition, ce qui permet toujours aux représentants du gouvernement de s’en sortir avec des entourloupettes.
Pour en revenir aux activités hippiques, la GRA a poursuivi, cette semaine, son enquête auprès des protagonistes de l’affaire interprète où des instructions à un jockey ont été données par son entraîneur devant un jockey concurrent où leurs chevaux respectifs ont terminé premier et second dans cette épreuve. Les explications du stipe room du MTC ne sont parvenues que hier à la GRA qui devra maintenant statuer. Pour sa part, le MTC a reconnu que cet acte pouvait être perçu comme une maladresse et qu’il était genuine et sans arrière pensée. En tout cas, elle ne renouvellera pas l’expérience. Comme dit l’adage, faute avouée, faute à moitié pardonnée.
Terminons enfin par dire que l’arrivée de Piere Strydom vient renforcer la grande qualité des jockeys étrangers présents à Maurice cette année. Souhaitons qu’ils continuent à faire bon usage de leur expérience et de leur savoir faire et qu’ils montreront à l’image de Darryl Holland, samedi dernier, que la parfaite adéquation jockey/cheval ajoute définitivement au rehaussement de la qualité des épreuves disputées.
À toutes fins utiles et à ceux qui en douteraient encore, personne ne pourra m’enlever ma liberté de penser et d’agir !

Bernard Delaître