L’Africa Training Institute du Fonds monétaire international sera opérationnel à Maurice à partir de juin 2013 et dispensera une formation dans le domaine de la macroéconomie à l’intention des officiels des banques centrales, des ministères des Finances et autres agences gouvernementales des pays d’Afrique subsaharienne. Un protocole de coopération (Memorandum of Understanding) portant, entre autres, sur la contribution de Maurice aux dépenses opérationnelles de l’institut de formation, a été signé vendredi dernier à Washington par l’adjoint au Managing Director du FMI, Nemat Shafik, et les autorités mauriciennes.
Le MoU fait provision pour la contribution de Maurice en vue de couvrir les frais d’hébergement et de formation de plus de 200 officiels des pays d’Afrique subsaharienne chaque année et la tenue de sessions de formation d’une durée de deux semaines. Maurice abritera non seulement l’institut en question mais aura à fournir l’équipement nécessaire. L’Agence australienne pour le développement international et les autorités chinoises ont également annoncé leurs concours financier à ce projet. Celui-ci sera un complément à la formation que dispense déjà le centre d’assistance technique régional pour l’Afrique australe, aussi connu comme l’African Technical Assistance Centre (AFRITAC) South, basé à Maurice.
« Mauritius is one of only a handful of leading middle-income countries in the world that partner with the IMF to support capacity development activities. With its financial support for AFRITAC South and the Africa Training Institute, the government of Mauritius signals its clear vision toward becoming a knowledge hub for Africa, especially on macroeconomic issues », a déclaré Nemat Shafik lors de la cérémonie de signature du MoU.
L’Africa Training Institute offrira une formation axée sur la formulation de la politique macroéconomique, l’élaboration des programmes financiers, les dotations budgétaires, les politiques de taux de change et monétaires, l’intégration économique, la surveillance du secteur bancaire, le développement du secteur financier. La formation qui sera dispensée par l’institut servira de complément aux activités des différentes instances d’AFRITAC en Afrique ainsi que les autres initiatives régionales du FMI. L’institut, soulignent les milieux officiels, aidera à satisfaire la forte demande en formation offerte par le FMI pour la région d’Afrique subsaharienne. « We hope that in the period ahead the Africa Training Institute will deliver more courses than the current contributions allow, and the IMF and the government of Mauritius will continue efforts to mobilize funds from other donors to scale up the operations », ajoute le FMI.
En sus des activités de surveillance économique et financière des pays membres et des opérations de prêt, le FMI apporte à ces derniers son assistance technique en vue de les aider à mettre en place des institutions efficaces, des cadres légal et politique appropriés pour promouvoir la stabilité économique et la croissance. La formation, qui est proposée, vise à renforcer les capacités des officiels des pays membres pour l’analyse des développements économiques et la formulation de politiques effectives. Pour les douze mois se terminant au 30 avril 2012, environ 7 800 officiels ont suivi une formation au quartier général du FMI à Washington et dans divers centres à travers le monde.
Par ailleurs, le FMI annonce que le comité de pilotage d’AFRITAC South a, lors de sa dernière réunion tenue à Windhoek, Namibie, au début de ce mois, pris note des progrès réalisés par ce centre dans le courant de l’exercice financier se terminant au 30 avril 2013 pour la réalisation de ses objectifs à moyen terme. Établi à Maurice en juin 2011, le centre, soutient le FMI, « is on course to broadly double its capacity development activities during the course of the year ».
Tenant compte de ces progrès, le comité de pilotage a approuvé le programme de travail pour la prochaine année financière démarrant en mai 2013 et s’est réjoui de l’apport financier proposé par les fonds régionaux de l’Union européenne pour la SADC (Southern African Development Community), l’Allemagne et les fonds européens pour les pays ACP.
AFRITAC South est l’un des huit centres d’assistance techniques régionaux créés par le FMI et spécialisés dans le développement des capacités, plus particulièrement dans les domaines de la gestion des finances publiques, la surveillance du secteur financier et l’analyse des secteurs réels de l’économie.
Le comité de pilotage a reconnu qu’il y a des synergies qui peuvent être développées entre AFRITAC South et le nouvel Africa Training Institute du FMI et est favorable à une gestion conjointe des deux instances. Notons qu’AFRITAC South sert les intérêts d’une douzaine de pays d’Afrique australe : Angola, Afrique du Sud, Botswana, Comores, Lesotho, Madagascar, Maurice, Mozambique, Namibie, Seychelles, Swaziland, Zambie et Zimbabwe.