Le 16 octobre 2004, la police a lors d’une fouille chez la famille Wong Tien Hing, propriétaire du magasin Central, situé près de la gare Victoria, saisi des téléphones portables, des vases et des cadres photo. Le Managing Director, Jimmy Wong Tien Hing, a été inculpé sous une charge de « possession of goods on which duty has alledgely not been paid », puis, acquitté par la Cour intermédiaire en 2008. Estimant que ce jugement ne fait pas justice quant aux pertes encourues et au calvaire que sa famille et lui ont vécu, Jimmy Wong Tien Hing poursuit l’État en réclamation pour un montant de Rs 31 422 450 millions.
Le procès a débuté jeudi en Cour suprême lors duquel le propriétaire du magasin Central est revenu sur ces événements qui, dit-il, ont bouleversé toute une famille, qui s’était fait une réputation dans le commerce mauricien depuis plus de 50 ans.
Le procès s’est ouvert devant la juge Saheeda Peeroo avec le témoignage du plaignant. La famille Wong Tien Hing est représentée par Me Gilbert Ithier. Le représentant légal de l’État a cependant demandé un délai en vue de contre-interroger le plaignant, n’étant pas en possession de certains documents. Il a soutenu que ces documents sont difficilement retraçables compte tenu des nombreuses années qui se sont écoulées. Une dizaine de témoins ont été assignés dans cette affaire.
Appelé en premier à la barre, Jimmy Wong Tien Hing a relaté les événements dans les moindres détails. Les faits remontent au 16 octobre 2004, le Managing Director du magasin Central était en compagnie de sa famille chez lui lorsque des limiers de l’ADSU ont débarqué à son domicile. Ils l’ont informé qu’ils allaient fouiller l’entrepôt de son magasin. Jimmy Wong Tien Hing leur a demandé s’ils avaient un mandat à cet effet et les policiers lui auraient répondu par l’affirmative. Mais, selon le plaignant, les policiers ne lui ont jamais montré de mandat.
Dans le cadre de l’exercice de fouille, les policiers l’ont interrogé sur la provenance de téléphones portables qui se trouvaient dans son store. Jimmy Wong Tien Hing devait expliquer qu’il n’est pas un importateur mais qu’il se contente d’acheter les téléphones auprès de revendeurs. Il a aussi communique les noms de ces derniers aux policiers.
La police a également fouiller le domicile de son frère Alain Wong Tien Hing, qui vit à l’étage. Ce dernier a ensuite accompagné les policiers au magasin de Port-Louis en vue de produire les factures des téléphones achetés. Ce jour-là, les policiers ont saisi 795 cellulaires et des accessoires qui se trouvaient dans le store. Les 402 téléphones qui se trouvaient au magasin ont été saisis par la suite.
Une semaine après cette première descente des lieux, les policiers sont revenus au magasin Central, soit le 28 octobre, pour faire comprendre au propriétaire qu’ils devront également fouiller la maison de son père. Après maintes discussions, le plaignant devait accepter.
Chez le père, la police est trouvé des vases et des cadres photo. Jimmy Wong Tien Hing a expliqué qu’il les avait achetés à une foire qui s’était tenue quelques mois auparavant. Cependant celle-ci étant tenue par des étrangers, le Managing Director n’a pu produire de facture mais une brochure attestant de la vente. Mais les policiers ont refuser d’accepter ce document. Quatre pièces de la maison de son père seront par ailleurs placées sous scellés pendant plusieurs mois.
En cour jeudi, le Managing Director du magasin Centrale a expliqué comment il devait par la suite entamer des démarches en vue de retracer les commerçants qui ont participé à cette foire afin de leur demander un reçu en bonne et due forme. Ces derniers lui ont fait parvenir ce document par la poste. Il avait payé une somme de Rs 1 525 000 pour ces vases. Le plaignant a présenté en cour tous les documents, y compris un relevé de ses appels téléphoniques, les factures des téléphones portables. Le 3 novembre 2004, la police l’a arrêté sous une charge de « possession of goods on which duty has alledgely not been paid ». Il a dû fournir une caution de Rs 300 000 et signé une reconnaissance de dettes de Rs 3 millions afin de recouvrer la liberté.
Toutefois, en 2008, la Cour intermédiaire lui a donné gain de cause et l’a acquitté. Le DPP avait fait appel contre ce jugement, il a été rejeté par la Cour suprême.
La famille Wong Tien Hing poursuit aujourd’hui l’État réclamant des dommages de Rs 31 422 450 millions. Devant la juge Saheeda Peeroo, le Managing Director du magasin Central a expliqué le préjudice que cette affaire lui a causée. Il a dû procéder à une liquidation des articles saisis, sans pour autant recouvrir la moitié de ce qu’il a investi. Cet homme qui indique n’avoir jamais eu de démêlés avec la justice a déclaré être aujourd’hui un homme abattu. « Sinkant an travay finn al dan dilo, dimoun poz kestion, mo fami ek mo zanfan finn penalize ek ziska zordi nou ankor pe soufer. Mo touzour pa konpran pou ki rezon la polis finn azir koumsa », a-t-il déclaré à la Cour.
Le procès reprendra le 18 juillet.