Une jeune fille qui effectuait une visite au complexe commercial de Grand-Baie La Croisette en compagnie de sa famille dimanche dernier, soutient avoir été victime d’un « délit de faciès » dans l’un des magasins de ce centre. C’est à la sortie du magasin que l’incident s’est produit. « En visitant ce magasin, j’ai été attiré par des boucles d’oreilles. Après avoir passé un quart d’heure dans le rayon des bijoux, mes parents et moi nous nous sommes dirigés vers la sortie, vu que je n’avais rien trouver à mon goût et c’est à cet moment précis que le store managernous a interpellés », explique-t-elle.
 
Selon la jeune fille, c’est en présence et au vu de plusieurs autres clients que lestore manager lui aurait demandé de façon humiliante de vider son sac à main. N’ayant pas d’autre choix, la jeune fille affirme avoir été contrainte d’obtempérer, surtout pour prouver son innocence et son honnêteté. «Sur le moment, je me suis sentie humiliée car j’ai été rabaissée devant d’autres clients du magasin et, même après s’être rendu à l’évidence qu’il s’était trompé, le store managern’a même pas pris la peine de me présenter des excuses. C’est scandaleux et inacceptable! Je pense sincèrement avoir été victime d’un délit de faciès », dit-elle.  « Il était hors de question de laisser passer un tel incident. Ma famille et moi, nous avons protesté et lui avons fait part de notre mécontentement et lorsque nous avons commencé à hausser le ton, il nous a demandé de le suivre dans un espace plus discret. Pourquoi n’a-t-il pas, lui, été discret au moment de la fouille? », s’interroge-t-elle.
 
Selon la jeune fille, un autre responsable du magasin s’est manifesté peu après dans le but de lui offrir un bon d’achats de Rs 250 en guise de compensation pour le préjudice subi. Une offre qu’elle dit avoir décliné : « J’ai refusé catégoriquement de prendre l’argent car j’estime que ce n’est pas l’argent qui me rendra ma dignité. J’ai été humiliée et offensée et j’aurai préféré de plates excuses de la part du store manager », dit-elle. « D’autantque le Human Resources Officer m’a affirmé que des actions disciplinaires seraient prises contre le store manager.Il a promis de revenir vers moi par la suite pour me faire part de leur décision, mais en vain. J’attends des excuses », déplore-t-elle.
Contactée au téléphone par Week-End, la responsable des Finances et du département des Ressources Humaines de ce magasin huppé dit être au courant de l’incident, mais récuse tout acte lié à la nature physique de la personne concernée. « Au niveau de la direction, nous sommes parfaitement au courant de ce regrettable incident. Dans tous nos magasins, nous vous assurons qu’il existe un système de sécurité, mais malheureusement ce jour-là dans notre magasin à Grand-Baie La Croisette, notre système de sécurité est tombé en panne. C’est pour cette raison que nous avons demandé à notre personnel d’être très vigilant afin d’éviter des cas de vol à l’étalage. » explique-t-elle. Néanmoins, la responsable des Finances et du département des Ressources Humaines reconnaît que la façon de faire à l’égard de la jeune fille n’était pas conforme aux procédures. « Même si le store manager pensait faire son travail, nous n’approuvons pas cette façon de procéder. Nous tenons également à présenter toutes nos excuses à la jeune fille pour les désagréments causés et nous ferons le nécessaire pour qu’un tel incident ne se reproduise plus », assure-t-elle.
Jusqu’à présent, aucune excuse directe n’a été présentée à la jeune fille malgré les belles promesses…