L’unité dans la diversité et la richesse culturelle du pays ont été les thèmes centraux du discours prononcé hier par le Premier ministre, Navin Ramgoolam, au Maharashtra Bhawan à Moka, à l’occasion de la célébration de la fête Ganesh Chaturthi par la Mauritius Marathi Mandali Federation.
Le Premier ministre, qui était accompagné de son épouse, a fait les éloges du Dieu Gunesh, symbole de l’intelligence et de la sagesse, qui est vénéré par tous les hindous et qui constitue un centre de ralliement en Inde. Il a estimé que les Mauriciens doivent se réjouir que toutes les grandes religions et toutes les cultures puissent être pratiquées à Maurice. Cette situation, dit-il, aurait pu être une source de division, car il est facile de diviser mais est une source d’unité à Maurice. Il a rappelé que toutes les religions étaient représentées récemment à l’inauguration du nouveau tombeau du père Laval. La fête Eid a aussi été célébrée dans l’unité. Ce sera le cas pour les autres fêtes religieuses qui seront célébrées dans les semaines à venir, dont le Divali, dit le PM, qui a souligné l’importance du vivre ensemble et de rester ouvert sur les autres cultures et traditions qui constituent l’essence de la culture.
Navin Ramgoolam a évoqué les guerres qui sévissent dans plusieurs pays. Les gens se battent et s’entre-tuent, ignorant qu’ils sont tous les enfants de Dieu, a-t-il. Il a parlé de la situation au Moyen-Orient, critiquant l’intervention d’Israël à Gaza et déplorant le génocide pratiqué contre les chrétiens en Irak. Alors que les autres pays dépensent de l’argent pour financer les guerres, le gouvernement mauricien utilise l’argent pour accorder des subsides aux religions, a-t-il observé.
Au chapitre de la division, il a rappelé comment 44 % des Mauriciens ont voté contre l’indépendance parce qu’on leur avait fait peur. Ceux qui instillaient cette peur n’avaient aucune idéologie. C’est ainsi qu’ils s’étaient associés au PMSD, considéré comme la droite avant l’indépendance ; lorsque Gaëtan Duval a fait alliance avec le Parti travailliste après l’indépendance, ils se sont joints au MMM qui était à ses débuts considéré comme l’extrême-gauche.
La ministre de la Sécurité sociale, Sheila Bappoo, a elle a aussi axé son intervention sur l’unité nationale. Le président de la MTTF Balraj Naroo s’est également adressé à l’assistance.