• Le meurtrier Sandiren Bangarigadu surprend la victime et sa compagne dans sa chambre

Une affaire d’infidélité est à l’origine du meurtre d’Atmaram Ramkissun, 44 ans, à Mahébourg hier. En effet, ce menuisier, qui entretenait des relations extra-conjugales avec une dénommée Swasti, âgée de 40 ans, a été surpris en pleins ébats par le compagnon de cette dernière, Sandiren Bangarigadu, 35 ans. Celui-ci  a alors poignardé son rival au dos et à l’abdomen.

Selon la police, le drame s’est déroulé vers 13h30. « Monn zwenn mo frer boner. Linn dir mwa li ena pou al pran enn mizir kot enn klian », a déclaré Nisha Ramkissun, soeur de la victime. Ainsi, le quadragénaire a quitté son domicile, à Beau-Vallon, pour se rendre chez Swasti. Cette dernière avait eu une dispute avec son compagnon, qui avait quitté le toit conjugal la semaine dernière. Elle voulait mettre un terme à leur relation, car le présumé meurtrier est de « nature violente ».

Croyant qu’elle serait seule hier, elle a appelé Atmaram Ramkissun. Alors que les amants s’embrassaient dans une chambre, Sandiren Bangarigadu est entré en douce dans sa maison en utilisant un double des clés. Il a alors eu la confirmation que sa compagne voulait refaire sa vie avec un autre homme. Dans un premier temps, il a sorti son cellulaire pour filmer les amants ensemble, mais peu après, ces derniers ont noté sa présence.

C’est alors que le suspect a confronté sa compagne en lançant « to zwenn zom deryer mo ledo » avant de la frapper. Atmaram Ramkissun est intervenu pour empêcher que Swasti se fasse tabasser.

Une vive dispute a ainsi éclaté entre les deux rivaux. « Sa pa pou fini koumsa », a déclaré le suspect, qui est allé dans la cuisine pour revenir avec un couteau. Il a alors poignardé le menuisier au dos, à l’abdomen et au cou. Ce dernier s’est écroulé dans une mare de sang. Swasti s’est ruée vers les toilettes pour s’y cacher et devait appeler sa fille (17 ans). C’est cette dernière qui a sollicité l’aide de la police. Le SAMU a également été dépêché sur place, mais un médecin devait confirmer la mort d’Atmaram Ramkissun. Son corps a été transféré à la morgue de l’hôpital Victoria, à Candos, pour l’autopsie.

Entre-temps, Sandiren Bangarigadu a été arrêté sur le lieu du crime. Le couteau maculé de sang a été saisi par le Scene Of Crime Office, qui l’a envoyé au Forensic Science Laboratory pour analyse. Interrogé par la CID de Mahébourg, le présumé meurtrier est passé aux aveux. Il dit avoir poignardé son rival dans un accès de colère, car il n’a pu digérer que sa compagne ait décidé de refaire sa vie avec un autre homme.

Swasti a également été entendue par les enquêteurs hier soir. Dans un premier temps, elle a nié connaître le menuisier, mais devait se raviser par la suite pour tout avouer. Elle a expliqué à la police qu’elle a rencontré la victime dans une maison de jeux, à Mahébourg, et qu’ils ont entamé une relation amoureuse. La quadragénaire a indiqué que sa relation avec Sandiren Bangarigadu battait de l’aile et qu’elle l’a même chassé de chez elle le mois dernier. Mais, le suspect se serait excusé de son comportement et est retourné vivre chez sa compagne.

Toutefois, une énième dispute a éclaté entre eux durant le week-end, où Sandiren Bangarigadu l’aurait menacée avant de quitter la maison. Par ailleurs, la fille de Swasti a également été entendue par la police, déclarant qu’elle n’était pas présente au moment du crime. En entendant sa mère crier, elle s’est ruée vers la chambre de celle-ci où il a découvert Atmaram Ramkissun en sang sur le sol. Elle a immédiatement appelé la police.

De son côté, les proches du menuisier sont inconsolables. « Mo gran frer ti kouma dir enn papa dan lakaz », explique Nisha Ramkissun, qui ajoute que la victime prenait soin de leur mère. Elle avance que le menuisier est célibataire, mais qu’il avait beaucoup d’affection pour ses neveux et nièces. « Mem si li an rezon ou an tor, personn pa gagn drwa tir lavi enn dimounn. Pa kapav kan anvi, trap enn dimounn touye. Lalwa bizin pli sever », estime la soeur d’Atmaram Ramkissun. À noter que Sandiren Bangarigadu est attendu ce mercredi au tribunal de Mahébourg, où il doit faire face à une accusation provisoire de meurtre.