Ils étaient venus en grand nombre hier pour acheter du poisson. D’autant que les organisateurs avaient annoncé qu’il y en aurait plusieurs variétés fraîchement pêchées. Mais beaucoup sont repartis bredouilles car il n’y en avait pas pour tout le monde. La deuxième édition du Festival du poisson a tout de même permis de valoriser le travail des pêcheurs.
Mahébourg a ainsi accueilli, pour la deuxième année consécutive, le Festival du poisson hier. Cet événement, organisé par le ministère des Coopératives, en collaboration avec la Mauritius Fishermen Cooperatives Federation et les pêcheurs de la région, a attiré la grande foule. Il faut dire que les organisateurs avaient mis les petits plats dans les grands en proposant plusieurs menus à déguster sur place, allant du poisson grillé au fish and chips, version mulet, en passant par une spécialité d’antan, le curry de poisson aux mangues.
Mais ceux qui s’étaient déplacés étaient surtout venus se procurer du poisson frais, tel qu’annoncé par les organisateurs. À ce sujet, il y a eu des mécontentements car il n’y en avait pas pour tout le monde. De même, certains n’étaient pas satisfaits de la taille des poissons qu’on leur proposait. Ce qui a causé un petit moment de tension entre le public et les organisateurs.
Il nous revient toutefois que 800 livres de poissons avaient été mis en vente dimanche. « Il est vrai que nous avons commencé la vente un peu tard, car il fallait attendre que les pêcheurs rentrent, mais il y avait bien du poisson en quantité. Sauf que, dans de telles situations, les premiers venus ont été les premiers servis. »
Procédant au lancement de ce Festival du poisson, le ministre Sunil Bholah en a profité pour réitérer son soutien aux pêcheurs à travers les facilités offertes aux sociétés coopératives. Il a également insisté sur la nécessité de valoriser ce métier et de se pencher sur la valeur ajoutée du produit. Par la même occasion, Sunil Bholah a présenté le nouveau président de la Mauritius Fishermen Cooperatives Federation, en la personne de René Sophie. Les autres membres seront nommés sous peu. Le secteur est appelé à connaître un nouveau souffle avec Rs 3,5 M investies dans les trois maisons de pêcheurs à Tamarin, Grand-Gaube et Mahébourg.