Avec le scrutin pour les élections législatives dans un mois, l’Alliance de l’Unité et de la Modernité (PTr/MMM) a lancé sa nouvelle série de meetings à Mahébourg dans la circonscription de Mahébourg/Plaine-Magnien (N° 12). Une occasion pour les deux leaders, Navin Ramgoolam et Paul Bérenger, de tâter le pouls de cet électorat et d’évaluer l’effet de l’exclusion de Vasant Bunwaree de la liste de candidats. L’accueil réservé aux candidats et aux leaders du PTr et du MMM, la présence de Yatin Varma, ancien député de la circonscription de même que de Marie-France Roussety, ont donné le ton.
Navin Ramgoolam s’est attardé sur le parcours politique « mont dadak » de sir Anerood Jugnauth de 1982 jusqu’à ce jour. Il a également pris à partie le leader du PMSD, Xavier-Luc Duval, aujourd’hui l’allié de celui qui avait voulu pendre sir Gaëtan Duval. De son côté, Paul Bérenger a ciblé Ivan Collendavelloo en se donnant comme objectif de « fer li perdi so kosion » à Stanley/Rose-Hill. Vishnu Lutchmeenaraidoo en a également pris pour son grade. Les trois candidats de Mahébourg/Plaine-Magnien, Madan Dulloo, Ritesh Ramphul et Tony Apollon, sont présentés comme un « bon mélange d’expérience, de jeunesse et de proximité ».
Le leader du Parti travailliste, qui a salué l’alliance entre les deux plus grands partis politiques du pays, s’est interrogé sur les raisons pour lesquelles Sir Anerood Jugnauth, « avec ses 3 % de l’électorat », a pu être Premier ministre pendant 16 ans. « Tou le tan, Jugnauth inn mont dadak. Lor ledo MMM, lor ledo Parti travayis. Li pe dir sa lalians la pou amenn instabilité. Se twa Jugnauth ki le pli instab dan sa pei-la », a-t-il déclaré.
Navin Ramgoolam est revenu sur le parcours politique du leader de l’Alliance Lepep, évoquant l’accord avec le Parti travailliste en 1983 « pour sauver son gouvernement », puis également en 1987 et ensuite avec le MMM avec l’accord de Terre-Rouge en juillet 1990. « An 83, li ti al ar PTr. Apre li met sir Satcam Boolell deor parski sir Satcam pa ti dakor less li fer saki li anvi avek PTr ; li ti anvi PTr integre so MSM. PTr se so kosmar sa. Sa fwa-la Jugnauth pe rod dadak pou monte ; li pou mont dadak lor Razwar », a-t-il ajouté à ce chapitre.
Le Premier ministre a évoqué l’épisode où sir Anerood Jugnauth avait voulu lui faire perdre son siège de leader de l’opposition alors qu’il passait des examens de droit à Londres. Il a fait ressortir qu’il a toujours eu confiance en Paul Bérenger pour sa droiture et la raison pour laquelle il avait assigné le leader du MMM, alors ministre du gouvernement de sir Anerood, pour témoigner dans le procès pour qu’il soit rétabli dans ses fonctions de leader de l’opposition.
« Kosion li pa pou tire »
Navin Ramgoolam n’a pas épargné le leader du PMSD, jusqu’à tout récemment son vice-Premier ministre et ministre des Finances. Il a fait état du litige entre Xavier-Luc Duval et Michael Sik Yuen, car ce dernier en tant que ministre du Tourisme « n’était pas d’accord avec les abus dans la gestion financière de la Mauritius Tourism Promotion Authority ». Il a rappelé les réactions de Xavier Duval contre sir Anerood Jugnauth à la fin de 1995 quand celui-ci avait traité une communauté de la nation mauricienne de « démon ». « Zordi Xavier Duval li ar samem Jugnauth ki ti rod pandi sir Gaëtan Duval », devait-il lancer.
Au chapitre de la campagne électorale, le leader du Parti travailliste a dénoncé « la campagne démagogique, de promesses, de palabres et de frayeur ». « Sa fer mwa rapel kanpagn pou lindepandans an 1967 ; Ki PMSD pa ti vinn dir sa lepok-la pou fer popilasion per. Zot ti amenn e zot pe amenn enn kanpagn de per », dit-il avant de faire état de l’enjeu électoral avec l’avènement de la réforme électorale et de la IIe République et des défis économiques à relever.
Le leader du MMM a soutenu que l’Alliance de l’Unité et de la Modernité ne veut pas seulement gagner les élections. « Nou le vinn enn legzanp dinite nasional pou le mond antie. Nou oule sanz sa pei-la. Ena enn ti zil dan l’Afrik, Cap-Vert avec 500 000 abitan. Nou ousi nou kapav vinn enn pei far », a-t-il déclaré en commentant le partage de pouvoirs entre le président de la République et le Premier ministre sous la IIe République.
Paul Bérenger n’a pas mâché ses mots à l’encontre d’Ivan Collendavelloo, son adversaire à Stanley/Rose-Hill. « Ki fer Ivan Collendavelloo zame kapav de fwa dan mem sirkonskripsion. Li pa fer so travay kouma bizin. Li fini, zestaz enn ta ar li apre kan fini eli li fly. Ou kone ou. Dan Rose-Hill la, mo pou bez so kosion. Kosion li pa pou tire », dit-il. Il a également critiqué le partenariat électoral Jugnauth/Collendavelloo.
« Jugnauth inn sabot reform elektoral an 2000 ek 2005. Ivan Collendavelloo kone sa. Li prezidan Select Committee lor reform e se sir Anerood Jugnauth kinn sabot so travay. Zordi li pe galoup al atrap kalson Jugnauth », ajoute Paul Bérenger, qui a avancé que « IIe Repiblik li enn gran pa an avan pou la demokrasi ek linite nasional. Pena pou per reform elektoral ek IIe Repiblik ».
Plusieurs façons de servir le pays
Le leader du MMM s’est déclaré satisfait du choix des trois candidats de l’Alliance de l’Unité et de la Modernité. « Li enn bon melanz de leksperians, de la zenes e de dimounn dans landrwa ». Il n’a pas manqué de faire ressortir que « enn kamarad inn fer sakrifis. Nou pa pou bliye zot », en indiquant qu’il y a plusieurs façons de servir le pays.
Le candidat Madan Dulloo a dressé un parallèle entre les circonstances menant à la première République en 1990-1992 et celles précédant la IIe République à venir. « Jugnauth bliye ki an 1990 ti mank enn vot dan Parlman pou gagn mazorite trwa kar pou vinn repiblik. MMM ki ti dan lopozision inn fer lalians avek MSM ek inn al eleksion pou gagn sa trwa kar mazorite la. Ce qui s’est passé en 1990 est-il différent de la situation du jour ? » s’est-il demandé en substance.
Ritesh Ramphul, qui s’est présenté comme un « zanfan landrwa », a déclaré qu’il n’est pas demandeur de ticket et qu’il a été choisi par le leader du Parti travailliste. Tony Apollon s’en est pris au leader du PMSD, qui « fait croire que Mahébourg a une place de choix chez les Duval ». « Kot to ti ete kan ti rekrit dimounn dans laeropor », a-t-il dit.
Arvin Boolell, qui a également pris la parole, a rendu hommage à Vasant Bunwaree, ministre de l’Éducation et député sortant de la circonscription, qui n’a pas eu l’investiture de l’Alliance PTr/MMM. Il a ajouté que « nou bizin fer plas pou ban zenn ek nou bizin rest solider po bien-etr nou pei ».