Cinq mois après l’annonce du projet Mahebourg Regeneration, dans le discours du budget 2018-19, les habitants du village sont dans le flou. Ils n’ont aucune idée de la manière dont ce développement touristique s’opérera et où ils se situent dans ce projet. Ainsi ont-ils décidé de se regrouper sous le nom de Mahébourg Otantik pour exiger des réponses des autorités et, surtout, prévenir le développement sauvage. Ils réclament de « vraies consultations » et le « respect du cachet historique et culturel » de Mahébourg.

Une première réunion, organisée par le ministère du Tourisme en juillet dernier, ne les a pas convaincus. Au contraire, ils sont alertés du fait que le ministère dit avoir reçu 200 signatures en faveur du projet ce jour-là. Or, « c’était une signature de présence, pas une signature de soutien », dit Sufyaan Aubeeluck, un des porte-parole du collectif. Il souligne que le mouvement est composé de citoyens « soucieux du bon développement économique et écologique » de la région. « Les habitants de la localité et les acteurs économiques locaux veulent faire partie du projet Mahebourg Regeneration. Cela ne doit pas être réservé aux conglomérats. Il y a eu une première consultation en juillet qui n’en était pas une, selon nous, parce que nous n’avons rien appris. Il n’y avait aucun projet concret à nous présenter. »

De plus, déplore Sufyaan Aubeeluck, les habitants de Mahébourg avaient été avisés seulement deux jours auparavant, ce qui fait que beaucoup n’ont pu y assister. « Nous voulons en savoir plus sur ce projet, avoir accès au Master Plan, proposer nos idées et avoir de vraies consultations. » Une lettre en ce sens a été envoyée aux autorités compétentes. Mahébourg Otantik a accordé jusqu’au 8 décembre pour une réponse des autorités. Au cas contraire, ses membres passeront « à d’autres actions ». Le collectif se dit également en faveur d’un projet tel que présenté dans le Tourism Development Plan for Mauritius de 2002. « Nous voulons mettre en valeur l’authenticité de Mahébourg. »

Vishal Magraja fait, lui, remarquer que si l’AHRIM était représentée à la réunion de juillet dernier, en revanche, il n’y avait rien de concret pour les habitants. « Nous voulons que ce développement se fasse avec les habitants de Mahébourg. Nous avons notre vision, notre culture et, surtout, c’est nous qui avons porté Mahébourg pendant tout ce temps. » Il se dit également aussi intrigué d’apprendre que l’AHRIM investira Rs 2 Mds dans ce projet. « Quel type de développement prévoit- on avec cet argent ? Nous voulons qu’on nous présente le “business plan” et qu’on prenne notre avis en considération. » De même, le mouvement Mahébourg Otantik se dit très concerné par l’implication de l’Economic Development Board dans ce projet.

Cet organisme, comme on le sait, s’occupe de l’investissement étranger. « Il y a eu une deuxième réunion entre les autorités et des Ong de la localité. Un membre de l’Economic Development Board était également présent. Il nous revient ainsi que le projet consiste en deux phases, soit une première phase pour l’embellissement de la région et une seconde pour la construction d’hôtels et de restaurants. Nous ne voulons pas d’un développement selon le modèle de Grand-Baie et de Flic-en-Flac. Mahébourg a son authenticité et nous voulons la préserver », dit pour sa part Nicholas Anaudin. Par ailleurs, au cours de cette même réunion, les habitants de Mahébourg ont été invités à soumettre leurs projets éco-touristiques au plus tard le 15 décembre. « Comment le ministère peut, lui, prendre tout son temps pour nous donner les informations nécessaires et dans le même temps nous imposer un court délai pour présenter nos projets. Nous ne savons même pas quel est le plan ? » Nicholas Anaudin ajoute que selon les critères internationaux, « un vrai développement éco-touristique est un développement local », avec les gens du village. «

Les touristes qui aiment ce genre de développement viennent pour la nature, pour la culture, pour les sites historiques… et non pas pour le confort des hôtels. » Mahébourg Otantik invite les citoyens souhaitant soutenir sa démarche à le rejoindre sur sa page Facebook. « Nous avons eu beaucoup de soutien jusqu’ici. Nous invitons les citoyens en général à soutenir Mahébourg dans ce combat pour préserver son authenticité. »