Le ministre de l’Agro-industrie Mahen Seeruttun a révélé hier après-midi que des demandes ont été formulées pour l’importation de légumes après les grosses averses de la semaine dernière, ayant causé pas mal de dégâts aux plantations. « J’ai décidé d’aider les planteurs locaux d’abord. Et si le besoin s’en fait sentir, on importera des légumes à l’avenir », a-t-il déclaré à Wooton, alors qu’il remettait des semences à des planteurs de la région pour les aider à relancer leurs cultures.
Selon Mahen Seeruttun, il y a actuellement assez de légumes sur le marché, à l’exemple de la carotte, qui est en quantité suffisante d’après un « survey » des autorités concernées. « Nous voulons que les planteurs écoulent d’abord leur production avant que nous pensions à l’importation », a-t-il affirmé. Il a estimé « dommage » que ce soient les planteurs qui prennent tous les risques concernant les calamités naturelles, « mais ce sont les marchands qui vendent les légumes à des prix deux à trois fois plus chers que la vente à l’encan ».
« Il est malheureux ki ena dimounn pe met kouto anba lagorz konsomater ek pe profit la sityasyon », a-t-il fait ressortir. Face à une telle situation, le ministre a annoncé une baisse de prix de l’ordre de Rs 4 par kilo de pommes de terre et d’oignons « afin de permettre aux consommateurs d’avoir des légumes à leur disposition ». Mais, a-t-il ajouté, « certains marchands ne jouent pas le jeu ». D’où sa demande aux consommateurs pour qu’ils s’approvisionnent auprès de 12 points de vente de l’Agricultural Marketing Board (AMB).
S’agissant des dégâts occasionnés aux cultures par les dernières grosses averses, Mahen Seeruttun a estimé que l’étendue des dégâts varie de région en région. Dans l’ensemble, selon lui, entre 20% et 35% des cultures ont été affectées. « J’ai demandé à la FAREI de vous aider afin d’empêcher la prolifération de maladies à cause des pluies. Il faut éliminer les légumes affectés », a-t-il déclaré. Poursuivant, le ministre dit estimer qu’il faut maintenant « se tourner vers l’avenir », compte tenu du fait que « nous avons maintenant à faire face au problème de changement climatique ». Et d’ajouter : « Nous constatons beaucoup de changements dans le climat, tant en été qu’en hiver. Nous devons trouver des moyens pour y résister. » Des semences de haricots et de carottes, entre autres, ont été offertes gratuitement aux planteurs de Wooton. Cet exercice se déroulera dans d’autres régions également.