Après Evader (1991) et Captain’s Knock (2010), Johnny Geroudis accroche une troisième victoire dans le Maiden, en selle sur Intercontinental. Une victoire que le Sud-Africain qualifie de fantastique et de spéciale pour sa monture qui méritait amplement une victoire classique sur ce qu’elle a réalisé depuis qu’elle est en compétition au Champ de Mars.
Comme attendu, Johnny Geroudis laissa éclater sa joie quand Intercontinental passa le but en vainqueur.
«J’arrive difficilement à vous décrire ce que j’ai véçu après avoir passé le but en premier. Devant une telle foule, c’était vraiment formidable de l’emporter. C’est le genre de cheval qui donne son maximum à chaque fois qu’il est aligné dans une course. Il a été tellement malchanceux cette année qu’il méritait cette victoire. J’ai déjà remporté deux fois le Maiden mais cette victoire est la plus spéciale surtout quand vous tenez en ligne de compte  qu’il a débuté sa carrière au plus bas de l’échelle pour venir remporter le Ruban Bleu. Cet exploit ne peut venir que d’un cheval extraordinaire. »
Pour Johnny Geroudis, la course se déroula comme il s’y attendait dans le sens où ils sont partis vite devant.
« J’avais Vettel et Ice Axe devant moi. J’avais placé Intercontinental dans le dos du cheval de l’écurie Maingard. Comme ils étaient partis sur des bases élevées, mon cheval s’est bien relaxé dans le parcours. J’avais réussi à positionner Intercontinental là où je le voulais. A l’amorce de la dernière courbe, je savais que nous avions une chance. »
La façon dont il accéléra en fin de parcours pourrait poussé à dire que c’est Intercontinental qui avait reçu la meilleure préparation pour le Maiden.
Johnny Geroudis ne put vraiment répondre à la question. « I would say yes and no », dira-t-il avant d’ajouter «Intercontinental avait gagné de brillante façon Le Supertote et il avait très bien pris cette course. Il me surprit quelque peu de par la façon dont il termina le parcours. Ce fut sans doute parce qu’ils avait démarré trop rapidement et éprouvaient des difficultés à bien terminer ».
Mais toujours est-il que rien n’était joué avant la course car Vettel faisait figure de grand favori. Reste que l’entourage de l’écurie Rousset entretenait un petit espoir de voir Intercontinental briller.
« Quand vous faites partie d’une course, vous devez toujours penser que votre cheval possède une chance. Sans vouloir diminuer les mérites des autres partants, je pensais qu’il n’y avait que trois chevaux dans la course, Vettel, Ice Axe et Intercontinental. Nous avions un plan et cela marcha en notre faveur. Ce fut en quelque sorte une bonne revanche par rapport à son parcours malheureux de l’année dernière dans la même course.»