Le maire des villes-soeurs a été pris de court hier après-midi au conseil municipal par le walk-out de ses collègues du Parti travailliste. Les cinq protestataires, pas convaincus des réponses de Norbert Froget (PMSD) à une interpellation du conseiller Peerally portant sur ce voyage qu’il a effectué en France du 12 au 17 mars, ont alors quitté momentanément la salle. Ce walk-out des conseillers travaillistes est le talk of the town. Le petit groupe de conseillers rouges, qui ont manifesté ouvertement hier après-midi leur désapprobation à propos de cette dernière mission du maire en quittant la salle, comprenait l’adjoint maire Lovena Sowkhee, Paul Lemière, Raj Aubeeluck, Nitin Soonarane et Ranjan Soondron. Si Norbert Froget est surpris de leur démarche c’est parce que, dit-il, ces conseillers avait approuvé cette mission à une réunion du conseil le 28 janvier. Le maire de Beau-Bassin/Rose-Hill a aussi fait remarquer qu’il a eu l’aval du ministre des Administrations régionales pour effectuer ce déplacement. « Je trouve cela aberrant de la part de mes collègues parce que j’ai eu l’autorisation du conseil le 28 janvier ; ils étaient présents ce jour-là. En protestant, cela veut dire qu’ils sont aussi contre le ministre des Administrations régionales qui a donné son accord et qui fait partie du Parti travailliste », déclare Norbert Froget. Cet incident présage-t-il d’une mésentente entre le Parti travailliste (Ptr) et le Parti mauricien social démocrate (PMSD) ? « Pas du tout. Je crois que c’est tout simplement de la pure jalousie de quelques personnes au sein du conseil par rapport au travail que j’ai abattu. Ils ne sont pas contents de mes réalisations. L’ordre et la discipline qui règnent dans la ville en ce qu’il s’agit des marchands ambulants, n’ont pas plu à certains durant la période de fin d’année », affirme le maire. Mais les protestataires disent que le maire ne leur avait pas communiqué tous les détails de cette conférence au moment de prendre la décision en janvier. Ce déplacement de Norbert Froget en France a coûté Rs 185 625, 94 et ils jugent ce déboursement « inutile et exagéré » en soulignant que la gestion de l’eau dans le pays ne concerne pas la mairie, qui en outre fait face à de sérieuses contraintes financières. « La ville de Beau-Bassin ne s’occupe pas de l’eau et je ne m’associe pas à cet item » a dit le conseiller Aubeeluck au maire. « C’est gaspiller l’argent des contribuables. De quelle manière la municipalité va-t-elle bénéficier des travaux de cette conférence ? » a-t-il demandé. Selon Norbert Froget, la mairie des villes-soeurs avait été invitée à ce 6e Forum mondial sur l’eau, qui s’est tenu à Marseille, en tant que membre de l’Association des Villes et des Collectivités de l’océan Indien (AVCOI) et en tant que membre de l’Association internationale des Maires francophones (AIMF). « Le ministère des Administrations régionales n’aurait pas autorisé ce déplacement s’il n’avait pas jugé utile notre participation » maintient Norbert Froget. Le maire précise que la somme de Rs 185 625,94 couvre les dépenses pour le billet d’avion, l’hébergement, la nourriture et les frais de transport. Norbert Froget, remonté, compte discuter de l’incident d’hier avec le ministre des Administrations Régionales et avec le vice-premier ministre et leader du PMSD Xavier-Luc Duval. Il voudrait aussi savoir si tous les maires, qui ont fait des déplacements à l’étranger depuis 2005, ont soumis au ministère des Administrations régionales des rapports sur chacune de leurs missions et compte interroger le ministre concerné à ce sujet. « À chaque fois que je reviens d’une mission, je soumets un rapport. Est-ce que cela a été le cas aussi pour ceux qui ont voyagé avant moi ? » se demande le maire Froget.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Blague de mauvais goût de Paul Lemière
À la suite d’une récente lettre envoyée à la mairie de Beau-Bassin / Rose-Hill par le conseiller Paul Lemière pour informer de son intention de prendre un temps de congé à compter du 1er avril, le maire Robert Froget a demandé hier à l’intéressé de confirmer au conseil s’il maintenait sa décision. Alors que le ton était des plus sérieux, Paul Lemière a essayé de faire de l’humour en faisant allusion au « poisson d’avril ». « Je voudrais signaler que ma lettre fait mention du ler avril et je voulais faire rire un peu ce conseil ! » a-t-il répondu. En tout cas, son « joke » n’a fait rire personne dans la salle du conseil.