La ville de Port-Louis compte honorer feu Ramoo Sooriamoorthy, ancien responsable de la Commission Bien-être Social de la mairie, et décédé en 1996, en dévoilant un buste à son effigie dimanche à l’angle des rues Champ de Lort et Saint-Georges. « L’idée d’honorer ce tribun est un moyen pour la jeune génération de découvrir ses contributions, surtout dans le domaine éducatif », a expliqué le professeur Ramanujam Sooriamoorthy, écrivain et fils du défunt, lors d’un point de presse à la municipalité de Port-Louis mercredi. Profitant de l’occasion, ce dernier a rappelé que Ramoo Sooriamoorthy était Portlouisien et avait fait ses études primaires et secondaires au Collège Royal de la capitale. « Il a commencé sa carrière d’enseignant à la Young Men Govt School puis est devenu maître d’école et inspecteur de l’éducation. Il était également professeur au collège Bhujoharry et était responsable du département Jeunes (Form I à III) de cet établissement après sa retraite. »
Son fils a aussi rappelé que Ramoo Sooriamoorthy était écrivain et qu’il était engagé dans le domaine de la culture tamoule et hindoue à Maurice. « Cet érudit dans le domaine de la culture », comme aime l’appeler Ramanujam Sooriamoorthy, avait obtenu la médaille de la cité de Port-Louis en 1973 pour ses divers accomplissements. Soulignons que Ramoo Sooriamoorthy était aussi très actif dans la lutte pour l’indépendance de Maurice, ayant été à cette époque aux côtés de sir Seewoosagur Ramgoolam et Renganaden Seeneevassen. « Il n’a pas voulu de ticket pour être candidat aux élections pour l’indépendance, préférant jouer un rôle plus en retrait », souligne à ce propos son fils. De son côté, l’ancien Lord-Maire Omar Khooleegan a rappelé que l’initiative d’un buste avait été prise sous son mandat, estimant que Ramoo Sooriamoorthy était, et reste toujours, un exemple pour la jeunesse. « L’idée est de transmettre les valeurs de cet ancien combattant qui a fait la fierté de Port-Louis », déclare-il.