Les procédures sont les procédures, et elles doivent être respectées. C’est ce que font valoir les conseillers de la municipalité de Quatre-Bornes auprès de l’administration de la ville, se disant déçus que les documents demandés sur la construction de la Gooljaury Tower à Ébène n’aient pas été communiqués lors de la réunion de l’Executive Committee tenue jeudi.
Comme l’annonçait Week-End dans son édition de la semaine dernière, la mairie de Quatre-Bornes envisage d’enclencher les procédures pour un Stop Order à l’encontre du promoteur de la Gooljaury Tower, vendue en vefa à la State Insurance Corporation of Mauritius pour une somme avoisinant les Rs 600 millions.
Ce développement était intervenu à la lumière des réponses fournies le 8 février aux questions du conseiller Reza Gunny sur ce projet, lesquelles avaient confirmé que le promoteur avait passé outre aux conditions imposées par la municipalité, dont l’une était qu’il devait avoir tous les feux verts préalables, y compris celui de la Traffic Management and Road Safety Unit (TMRSU) avant de commencer les travaux de construction sur le chantier.
Lors d’une visite de l’inspectorat municipal le 6 février sur le chantier à Ébène, il a été constaté que les travaux avaient bel et bien démarré sans ce Clearance de la TMRSU. D’où la réaction des conseillers municipaux, qui ont demandé à voir copies de toutes les pièces du dossier, ce qui n’a pas été le cas à la réunion de jeudi dernier puisque c’est le dossier original en une copie qui a été évoqué lors de cette réunion de l’Executive Committee.
Lors des discussions entamées sur les procédures de Stop Order pour non respect des conditions de la Land Use and Building Permit, l’administration a indiqué qu’il fallait que la mairie consulte ses conseillers légaux qui sont, entre autres, l’ancienne maire travailliste de la ville, Renuka Brigemohane.
Les conseillers de l’alliance MSM/MMM, qui craignent qu’elle ne mette des bâtons dans les roues de la nouvelle administration, se proposent d’évoquer toute la question de la représentation légale de la mairie à une prochaine réunion. Mais dès mercredi, c’est le dossier de la Gooljaury Tower qui sera sur la table des délibérations.